Mardi 24 mars, un rassemblement de soutien à Serge Atlaoui est organisé place d’Armes, à Metz, à partir de 18 heures. En 2007, ce Messin de 51 ans a été condamné à mort en Indonésie pour trafic de drogue.

Suite à la demande de la famille et des proches, ainsi que de l’association Ensemble contre la peine de mort (ECPM), une photographie géante de Serge Atlaoui va être affichée, mardi prochain, sur la façade de la mairie de Metz. À cette occasion, un grand rassemblement est organisé place d’Armes pour venir apporter son soutien à ce père de famille originaire de Metz et condamné à mort en Indonésie.

La manifestation a lieu la veille de l’ultime recours de Serge Atlaoui devant un tribunal indonésien. Face à l’accélération récente des événements, il est urgent de se mobiliser et de sensibiliser le plus de monde possible pour « éviter le peloton d’exécution à Serge » explique André Atlaoui, en affirmant son « refus absolu de la condamnation à mort » de son frère. Serge Atlaoui avait été arrêté lors d’une descente policière dans un atelier clandestin de production d’ecstasy. Il s’occupait de l’installation et de la maintenance de matériels. Selon sa défense, il ignorait à quoi cela pouvait servir. « Le type de machines sur lesquelles il travaillait est très courant, notamment dans l’industrie cosmétique » estime Richard Sédillot, son avocat. Emprisonné à Djakarta depuis 2005 dans le cadre de la politique anti-drogue du gouvernement indonésien, la famille et les proches de Serge Atlaoui ne cessent de clamer son innocence. « Nous voudrions que la justice indonésienne veuille bien entendre les témoins qui pourraient innocenter Serge » espère André.

« Se mobiliser contre la peine de mort »

Condamné en première instance à perpétuité, la Cour suprême indonésienne a prononcé la peine de mort à son encontre deux ans plus tard. En janvier dernier, le président Joko Widodo a refusé la demande de grâce présidentielle de Serge Atlaoui, ainsi que celle d’une dizaine de condamnés à mort. Dans le cas d’un résultat négatif lors de son recours en justice mercredi prochain, le Messin pourrait alors être exécuté ainsi que deux Australiens. Il y a deux mois, cinq ressortissants étrangers ont été exécutés en Indonésie. Ils étaient liés à des affaires de trafic de drogue. Ce rassemblement à Metz leur est également destiné. Il est important de « se mobiliser contre la peine de mort dans le monde » insiste André Atlaoui.

“En tant que membre de la famille de Serge Atlaoui, nous relayons l’information importante de l’association Ensemble contre la peine de mort pour informer le plus grand nombre du rassemblement qui aura lieu le 24 mars à 18 heures sur la place d’Armes, à Metz, et à Paris, à proximité de l’ambassade d’Indonésie”.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien avec André Atlaoui