Échirolles. Un nom qui résonne encore dans la tête de nombreux Français. 28 septembre 2012, la banlieue grenobloise est le théâtre du lynchage de deux jeunes. Kévin et Sofiane, étudiant et éducateur, sont battus à mort par 15 jeunes de la cité de la Villeneuve de Grenoble. Ce jeudi 3 avril au soir, une reconstitution du double meurtre est organisée pour mieux comprendre le déroulement des faits.

Un quartier bouclé, 240 policiers et 45 gendarmes présents sur les lieux, c’est ce qu’ont pu apercevoir les habitants du quartier jouxtant le parc Maurice-Thorez où ont été lynchés Kévin et Sofiane. Connu sous le nom de “meurtre d’Echirolles”, ce double assassinat a donné lieu jeudi 3 avril au soir à une reconstitution des faits avec 12 des 15 garçons mis en cause.

Les auteurs présumés des coups portés aux deux jeunes hommes ont participé activement à la reconstitution en rejouant la scène avec un plastron symbolisant les victimes. L’objectif de cette journée étant de confronter les versions des uns et des autres en vue de les mettre face à leurs contradictions. “on a un groupe constitué de plusieurs personnes. Il y a des antagonismes aussi. Chacun joue sa carte.” explique Me David Metaxas, avocat de l’un des suspects, dans une interview pour le Figaro.

Les douze garçons ont été rassemblés dans le gymnase tout proche de la scène où s’est déroulé le meurtre. A cette occasion, chacun d’entre eux pouvait s’entretenir avec son avocat avant d’être appelé pour participer à la reconstitution.

Cette étape effectuée, il faudra attendre encore un an pour assister au procès des 15 garçons mis en examen. C’est la cour d’assises qui les attend, puisqu’ils encourent tous la réclusion criminelle à perpétuité pour assassinat.