Jean Boillot a crée il y a cinq ans le festival Court Toujours à Thionville. Le directeur du NEST (Nord-Est Théâtre) a décidé, à travers cette initiative, de donner la part belle au format court dans les arts vivants. « C’est un format mineur, pas un genre mineur », souligne Jean Boillot lorsqu’il évoque le court au théâtre. C’est par ces mots qu’il explique la création du festival en 2009.

Le directeur du NEST, également metteur en scène, s’est aperçu qu’il n’y avait pas ou peu d’événements consacrés à ce format particulier. Une véritable perte pour la scène et pour le public selon lui. Il décide alors de créer ce festival uniquement basé sur des spectacles de moins d’une heure. Le plus court ne dure pas plus de cinq minutes. Court Toujours fait, tous les ans, l’ouverture de la saison théâtrale à Thionville. « C’est notre moyen de dire : regardez ce qu’on fait en spectacle vivant ! », s’enthousiasme Jean Boillot. D’après lui, le format court reste un moyen de faire découvrir le théâtre à ceux qui ne le connaissent pas ou ne le fréquentent pas. Il considère ce format comme « désinhibant ». Et ça marche. En 2013, Court Toujours a fait près de 3 000 entrées. « Cette année, il faut qu’on fasse le décompte, mais je pense qu’on a augmenté », ajoute le directeur.

Elargir la connaissance et le goût des spectateurs

Jean Boillot choisit les compagnies qui viendront se produire à Court Toujours au feeling. « ça fonctionne rationnellement ou irrationnellement. Parfois, c’est un coup de cœur. » Il essaye de construire un équilibre. Dans un festival, il faut de tout, pour tous les goûts. C’est ainsi que la programmation prévoit du tout public mais aussi du plus pointu. « J’essaye de représenter tous les arts vivants. » On trouve donc de la danse, du théâtre mais aussi des marionnettes.

Le metteur en scène aime provoquer le débat avec sa programmation. « Je choisis des choses consensuelles. Mais parfois des choses très discutées. » Cette année, notamment, avec le projet flamand A Game of You autour de l’estime de soi. Ce spectacle faisant participer le public a suscité de nombreux émois. « Quand je choisis un spectacle, je pense que ça va lui plaire, à ce public. Mais je pense aussi que ça va élargir sa connaissance et son goût », précise Jean Boillot. C’est ainsi qu’il définit son travail de directeur d’un théâtre public. Elargir. Eduquer. Proposer.

[toggle title=”Artistes et spectateurs :  une unanimité”]

Les compagnies

Nous leur avons demandé pourquoi la compagnie avait choisi le format court, pourquoi elle avait décidé de venir au festival et quels étaient les retours du public.

Joeri, fondateur de la compagnie Ontroerend Goed et comédien. Spectacle : A Game Of You

Benjamin, comédien au sein de la compagnie Sacékripa Spectacle : Marée Basse

Les festivaliers

Les festivaliers ont également un avis bien tranché sur le format court au théâtre. Nous leur avons demandé comment avaient ils découvert le festival et pourquoi ils aimaient le court,

[/toggle]