Chaque rentrée scolaire depuis cinq ans, les étudiants messins ont rendez-vous avec les associations étudiantes pour lancer la nouvelle année universitaire. Pendant quatre jours, les animations s’enchaînent et de nombreuses réductions sont offertes par les commerçants. Rencontre avec Nadia Seghir, conseillère déléguée en charge de la vie étudiante et de la vie nocturne de Metz, qui nous présente « Etudiant dans ma ville »

nadia 3
Nadia Seghir et Dominique Gros, maire de Metz (photo Philippe Gisselbrecht – Ville de Metz)

Comment est venue l’idée d’organiser un tel événement ?

Il y’avait de la part de la municipalité une véritable volonté de mettre les étudiants au cœur de la ville : ils sont tout de même 20 000 ! C’est comme cela qu’en 2008, nous avons mis en place un conseil local de la vie étudiante pour réfléchir à différents projets : « Etudiant dans ma ville » est né en 2009. D’années en années, les associations ont été réceptives à notre message et ont participé en masse.

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/170174132″ params=”color=0066cc&auto_play=true&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false” width=”100%” height=”80″ iframe=”true” /]

Quels sont les objectifs d’« Etudiant dans ma ville » ?

Nous voulions faire se rencontrer les étudiants, les associations qui leur sont dédiées, celles de la ville, ainsi que les commerçants. Les différents campus (Université de Lorraine, Grandes écoles…) sont très actifs. Pour les élèves, c’est une manière d’être mis en valeur et d’être reconnus autrement que par leurs résultats scolaires. On imagine souvent les étudiants comme des fêtards, enfermés dans leur cocoon universitaire : « Etudiant dans ma ville » permet de les voir autrement. Aujourd’hui, l’événement est festif et favorise les rencontres. On l’oublie parfois, mais les étudiants messins sont les ambassadeurs de la ville, au niveau européen mais aussi à l’étranger. Ils sont la vitrine de Metz ! Notre but : qu’ils aient envie de rester ici même après leurs études et qu’ils contribuent au développement de la ville.

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/170175039″ params=”auto_play=true&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”80″ iframe=”true” /]

Est-ce qu’il n’y a que les étudiants qui participent à la manifestation ?

Heureusement non ! Notre idée : permettre aux étudiants de s’ouvrir au-delà du périmètre de leur campus et de s’ouvrir aux autres Messins. C’est le moment ou jamais pour les étudiants de découvrir les institutions qu’ils n’ont pas l’habitude de côtoyer et aux associations qui leur sont dédiées. Nous voulons créer une vraie interactivité entre les étudiants et la population messine. L’évènement se veut être le lien entre les élèves des différents campus pour leur permettre de s’enrichir mutuellement.

Quelle est l’implication des commerçants ?

Il ne faut pas oublier que les étudiants forment une clientèle importante. Conscients du poids économique des jeunes, les commerçants doivent s’adapter à leurs besoins : par exemple, durant ces quatre jours de festivités, certaines papeteries proposaient des réductions. Il est essentiel de créer un lien durable entre les commerçants et les étudiants.

Comment le programme était-il construit cette année ? Etait-ce une véritable volonté de l’axer sur la musique ?

Les manifestations étaient axées sur la découverte de nouveaux lieux emblématiques comme l’Opéra théâtre, la BAM (Boîte à Musique) accessible en Mettis, ou le Musée de la Cour d’or.

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/170175585″ params=”auto_play=true&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”80″ iframe=”true” /]

[toggle title=”Performances artistiques à la Cour d’Or”]

théâtre5

Jeudi dernier, le théâtre de la Cour d’Or s’est vêtu d’étranges décors. De jeunes comédiens, musiciens, cinéastes et autres artistes issus des Associations Théâtre Universitaire de Metz et Cleb’art ont investi les lieux de leur création.

La soirée a débuté avec une déambulation musicale orchestrée par l’Ens’Batucada. Le public, à la fois composé d’étudiants et de Messins, a ensuite pénétré dans le Musée de la Cour d’Or. Un parcours était organisé à travers les différents espaces. Des haltes permettaient de découvrir des performances artistiques. Quelques thèmes ont émergé comme la mort avec la mise en scène d’un extrait de la mastication des morts de Patrick Kermann, la liberté de la femme ou encore la solitude.

Cette soirée fut l’occasion de découvrir les différentes associations culturelles dédiées aux étudiants. Elle a également permis de montrer que le théâtre, la musique et l’audiovisuel s’exportent au-delà des lieux qui leur sont propres.

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/170357707″ params=”auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”80″ iframe=”true” /][/toggle]

On a aussi découvert de drôles d’activités comme le Goofball…

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/170175877″ params=”auto_play=true&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”80″ iframe=”true” /]

[toggle title=”Le Goofball, un foot pas comme les autres”]

Goofball

Le Saulcy a été le terrain d’un drôle de jeu proposé par le réseau Quattropole, ce jeudi 25 septembre. Peu connaissaient le Goofball avant de s’y frotter. Pourtant, ils ont été plus de 200 à participer.

Les différents joueurs – appelés Goofballers – s’habillent d’une bulle en plastique à taille humaine. Le principe : essayer de faire tomber les autres et marquer un maximum de buts. Mais encore faut-il être assez précis pour atteindre le but adverse… Pas évident quand on est debout avec autour de nous une bulle qui nous empêche de bouger et qu’on peine à se relever de chaque chute !

Sur les 6 “bulles” présentes sur le terrain du RU Paul Verlaine,  beaucoup de garçons, mais aussi quelques filles, tous curieux de tester ce football pas comme les autres, où tous les coups sont permis. Ce qui a engendré pas mal de fou rires… [/toggle]

Quel message voulez-vous transmettre pour cette nouvelle année universitaire ?

Je leur dirais simplement : « vivez Metz ! »

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/170176249″ params=”auto_play=true&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”80″ iframe=”true” /]