Chaque année, des milliers d’étudiants sollicitent les services du Crous de Nancy-Metz pour obtenir une chambre ou un studio. Mais cette quête de logement réserve parfois des surprises : chambre attribuée puis retirée, dossier sans réponse… De la constitution du dossier social étudiant en début d’année à la remise des clefs en septembre, comment le Crous gère-t-il les milliers de demandes qui lui parviennent chaque année ?

Lorsqu’au mois de juillet, Julie* reçoit un courriel du Crous qui lui confirme qu’une chambre de 18m² lui a été attribuée dans la résidence messine de St-Quentin, elle n’imagine pas qu’elle va s’installer dans une pièce deux fois moins grande en septembre.  « On m’a dit que je m’étais présentée à la résidence trop tard et que ma chambre avait été attribuée à quelqu’un d’autre. Je n’ai pas compris » s’étonne-t-elle. « Finalement, j’ai eu une chambre de 9m² et j’attends d’être transférée dans un logement plus grand ».

Mais elle n’est pas la seule à pointer du doigt une supposée « mauvaise gestion ». Sébastien*, qui a passé trois ans en résidence du Crous, a réalisé son dossier dans les temps. Envoyée en avril, sa demande n’a visiblement pas été traitée. « En août, je n’avais toujours pas de réponse, j’ai donc décidé de téléphoner directement au Crous, mais on m’a indiqué que mon dossier n’avait pas été retenu. » Mauvaise gestion du Crous ? Problème de communication entre les résidences ou erreurs des étudiants ?  Jean-Marc Lambert, le directeur du Crous de Nancy-Metz,  reconnaît que des « couacs » sont possibles. « Il arrive qu’il y ait parfois des confusions malheureusement, des erreurs informatiques et parfois même des erreurs humaines, je le concède. Mais nous mettons tout en œuvre pour réparer nos erreurs, et ces cas restent très marginaux. Quoi qu’il en soit, nous faisons le maximum pour nous améliorer ».

Dans certains cas épineux, une intervention d’un responsable de résidence, voire même du directeur du Crous en personne, est nécessaire. Celui-ci est souvent alerté par des assistants sociaux. «Cela peut arriver », explique Jean-Marc Lambert. « Si l’étudiant est dans une situation financière où familiale délicate, nous faisons tout pour trouver une solution, sans que ce soit au détriment d’autres étudiants. » Ces petits coups de pouces, ce sont par exemple des déplacements (l’étudiant est rapproché de son lieu d’étude) ou des possibilités de payement du dépôt de garantie en plusieurs fois.

Une proportion de logements réservée aux étudiants Erasmus

La procédure de réservation d’un logement a lieu en deux temps. Entre janvier et avril, les étudiants constituent leur dossier social étudiant (demande de logement et/ou de bourse). Cette première demande est traitée de façon nationale (c’est le premier tour d’affectation), avant que les plateformes régionales ne prennent le relais (deuxième tour d’affectation). Les dossiers sont ensuite traités de manières chronologique, avec toujours une préférence donnée aux aspects sociaux (revenus de l’étudiant et de ses parents).  Le siège basé à Nancy reçoit les demandes, affecte les étudiants et transmet les dossiers aux résidences concernées qui règlent les dernières formalités (constitution du dossier de logement, remise des clefs, etc..).

L’année passée, le Crous Nancy-Metz a reçu près de 11 000 demandes pour les 8 140 logements que compte son parc de logement. Pour les étudiants étrangers, la procédure est la même. Seule nuance, le service international les épaule pour les formalités administratives. Cependant, 5 à 6% des logements du Crous sont réservés aux étudiants Erasmus, comme le stipulent les conventions passées entre les pays d’envoi et les pays d’accueil. En 2013, environ 2 300 internationaux étaient logés par les services du Crous.

* les prénoms ont été modifiés

[toggle title=”Quelques chiffres sur le Crous”]

[/toggle]