Offrir des jouets même aux enfants des familles les plus défavorisées, voilà le but de l’opération “Pas de Noël Sans Jouets !”. Un bus parcourt la Moselle pour récupérer les dons. Cette collecte est organisée France Bleu Lorraine Nord au bénéfice du Secours Populaire 57, en partenariat avec le Conseil Général de la Moselle, le réseau de bus TIM . L’objectif ? Combler de joie quelque 5.000 enfants dans tout le département. La rédaction de Webullition est allée à la rencontre de trois acteurs majeurs de l’opération. 

 

Raffael Marseglia, vous animez les émissions spéciales “Pas de Noël Sans Jouets” sur France Bleu Lorraine NordComment se déroule la collecte ?

R.M : On réalise une émission de 16 heures à 19 heures tous les jours en direct depuis le bus. C’est pendant cette tranche horaire que les gens peuvent venir ramener les jouets et même venir dans le car. Ensuite les bénévoles du Secours Populaire arrivent et récupèrent les dons.

Est-ce que cette opération fonctionne bien ?

R.M : Globalement la campagne « Pas de Noël Sans Jouets ! » marche plutôt bien. Evidemment parfois, il y a des jouets que l’on ne peut pas garder car ils sont trop vétustes. Or, il faut se mettre à la place de l’enfant qui a quand même envie de recevoir un jouet neuf. Mais sinon oui, c’est une réussite. Il y énormément de jouets pour le Secours Populaire.

Cela fait déjà deux ans que vous participez à l’opération. Qu’est ce ça fait d’être de nouveau sur les routes ?

R.M : C’est toujours très agréable de partager ces moments de plaisir. Déjà par rapport à la radio, qui est mon métier et qui est passionnant. Et puis surtout d’aller à la rencontre de ces personnes et de leur générosité. Quelque soit l’endroit où nous nous arrêtons, il y a toujours des jouets. On se rend bien compte que l’on se rapproche de Noël et les cœurs s’ouvrent un peu plus. C’est super.

__________________________________________________________________________________

Bruno Marion, vous êtes directeur de France Bleu Lorraine Nord. Comment est née l’opération « Pas de Noël Sans Jouets ! » ?

B.M : Depuis quasiment deux décennies le Conseil Général de la Moselle et les bus TIM organisaient une petite tournée pour aller récolter des jouets pour le Secours Populaire pour « Noël de joie » et nous y étions associés depuis le début pour promouvoir l’opération.

Au niveau national, il y a quelques années, une initiative issue des radios France Bleu du Grand Est (Besançon, Belfort, Nancy, Strasbourg) était de faire une collecte une fois par an au milieu du mois de décembre qui s’appelait « Pas de Noël Sans Jouets ! ». On a lancé l’opération l’an passé. Il y a onze étapes, on traverse dix villes avec deux passages du bus à Metz. On a été à la rencontre du public. C’est une opération qui a rencontré un grand succès l’an passé avec près de 20.000 jouets récoltés.

Comment est défini le parcours du bus pour la récolte des jouets ?

B.M : On a convenu un accord avec le Conseil Général pour définir le trajet du bus pour essayer d’aller au plus près des auditeurs et avoir une tournée cohérente sur la Moselle.

__________________________________________________________________________________

Marie-Françoise Thull, vous êtes la présidente du Secours Populaire 57. Votre association bénéficie de cette opération. Après réception des jouets, comment redistribuez-vous les cadeaux aux enfants ?

M-F.T : On effectue d’abord un tri. Sur les 20 000 jouets que l’on reçoit on en garde finalement la moitié environ. Ensuite on donne aux enfants à l’occasion des différentes manifestations que nous organisons au cours du mois de décembre. On fait des goûters de Noël avec un spectacle, on emmène des enfants au cinéma pour voir un film, on va à la rencontre des enfants de réfugiés politiques, on les emmène au cirque aussi. On profite de tous ces événements pour redistribuer les jouets.

Est-ce que, en raison de la crise, vous recevez moins de dons par rapport aux années précédentes ?

M-F.T : C’est plus difficile pour les associations. Il faut occuper le terrain. Expliquer et réexpliquer, toujours revenir pour faire comprendre aux gens ce que nous faisons. Parce que c’est vrai que les gens sont beaucoup sollicités, partout, par tout le monde. Donc quelques fois ils en ont assez. Mais les gens sont toujours généreux. Ces dernières années, on a un peu changé notre fusil d’épaule. Avant on demandait des dons en nature, on nous apportait des vêtements, des choses un peu usagées, etc. Mais maintenant, nous essayons d’avantage d’avoir des dons en espèce parce qu’on se rend compte que ça ne suffit plus. Ces personnes sont particulièrement fragilisées et il faut une vraie réflexion sur ce que nous donnons. Par exemple, pour la nourriture, nous essayons de ne donner que des choses de qualité car souvent ce sont des personnes en mauvaise santé qui se nourrissent mal. Pour les vêtements c’est pareil. Et c’est ce qui nous a amené à vouloir des jouets neufs également.

Les prochaines dates du bus :

– Lundi 8 décembre à Metz – Gare Routière

– Mardi 9 décembre à Hettange-Grande – Centre Europa

– Mercredi 10 décembre à Maizières-lès-Metz – Face à l’hôtel de Ville

– Jeudi 11 décembre à Verny- Parking du Collège Nelson Mandela

– Vendredi 12 décembre à Saint-Julien-lès-Metz – Parking du Kinepolis

– Samedi 13 décembre à Thionville – Place de la Mairie