Militaire de profession, François Lemaire accompagne aussi les tennismen, comme Aravane Rezaï, dans leur préparation mentale et psychologique. Après sa retraite professionnelle, il souhaite se consacrer pleinement à ce métier qui peine encore à se démocratiser en France.

Vous êtes sophrologue, préparateur mental, hygiéniste-naturopathe. D’où vous viennent ces passions ?
(Voir infographie en bas de l’article pour l’explication de ces trois activités)

“J’ai eu très tôt un intérêt pour le sport. J’ai commencé très jeune l’athlétisme et je pratique le tennis depuis 22 ans. J’ai découvert la sophrologie il y a une quinzaine d’années : j’ai d’abord testé les bienfaits de ces méthodes sur moi-même. Cela m’a permis de progresser et d’avoir de meilleurs résultats sportifs. J’ai aussi beaucoup appris par le biais de mon mentor, qui a entraîné des joueurs de haut niveau comme Yvan Lendl ou encore Andreï Medvedev. J’ai ensuite obtenu des diplômes reconnus : un en sophrologie-relaxologie, un autre en préparation mentale et un en tant qu’hygiéniste-naturopathe, trois disciplines bien distinctes.”

Comment se déroule la collaboration avec un joueur de tennis ?

“Le sportif prend d’abord contact avec moi pour un premier entretien de 3 à 4 heures. Durant cette séance, je le soumets à un questionnaire oral dans le but de connaître sa personnalité, ses points forts et points faibles. Nous définissons ensemble des objectifs en rapport avec la gestion du stress, la combativité ou la confiance en soi. Je lui montre ensuite différentes techniques de respiration, à visée calmante ou dynamisante selon l’état d’esprit du joueur. Il est par exemple important d’apprendre à gérer son diaphragme, qui doit être décontracté pour envoyer de l’oxygène dans les muscles et le cerveau.”

« L’esprit, c’est la tour de contrôle »

Comment peut-il mettre vos conseils en application ?

“Les techniques de sophrologie peuvent être bénéfique avant, pendant et après le match. L’esprit, c’est la tour de contrôle des sportifs. Avant le match, le tennisman doit se mettre dans les conditions optimales. Il doit être stimulé pour être dans une zone de bon stress. Certains joueurs ont tendance à se relâcher et à baisser leur vigilance quand ils mènent le score. La préparation mentale permet d’être réactif à tout moment. Après le match, ces conseils permettent au sportif de mieux récupérer.

Le joueur dispose également d’un « carnet de confiance ». Il comprend toutes les choses positives (souvenirs de bons matchs, proverbes) et le suit durant sa carrière. Je reste en contact avec lui, même à distance, pour lui transmettre des rappels sur des points perfectibles. C’est une communication branchée.”

Vous pratiquez cette activité en parallèle à votre carrière professionnelle. Comment parvenez-vous à combiner les deux ?

“Mes jours de permissions, mes soirées, mes week-ends, sont entièrement consacrés à ma passion. Mon objectif est de me créer un vrai réseau et avoir des expériences dans les domaines de la sophrologie, de la préparation mentale et de l’hygiénisme-naturopathie. J’envisage de quitter l’armée courant 2015 pour me mettre à mon compte. Je pourrai m’impliquer pleinement avec les sportifs. Je souhaite aussi transposer mes savoir-faire en sophrologie dans quatre autres domaines : le monde des entreprises, des étudiants, le domaine médical, et  les particuliers.”

 Les trois domaines d’activité de François Lemaire :

InfographieSophrologue