Le cross training ou entraînement croisé, combine haltérophilie, endurance et fitness. Similaire aux exercices des écoles de police, et des militaires, il a pour but de renforcer sa condition physique grâce à des séances intensives. Discipline récente, il est surtout l’apanage de sportifs chevronnés, mais n’exclut pas pour autant les novices. 

À bout de souffle, les jambes en compote, le visage écarlate, voilà comment vous ressortez d’une séance de cross training. Ce sport hybride ne laisse aucun répit. Les participants enchaînent les levées de poids, les courses, les tractions et les exercices de cardio. Toujours en musique. Le but est simple : exécuter les mouvements le plus rapidement possible afin de maintenir un rythme cardiaque élevé.

Mais comment et quand est né le cross training ?

Cette discipline voit le jour en Californie à la fin des années 90, sous l’impulsion de Greg Glassman, gymnaste américain. Au fil de ses entraînements, il se rend compte que concilier cardio training et renforcement musculaire est plus efficace que de les isoler. Tellement qu’il finit par entraîner la police de Santa Cruz. Aujourd’hui, son entreprise “Crossfit” fait des émules dans le monde entier.

En quoi consiste concrètement la pratique du cross training ?

La théorie est relativement simple. Répéter un circuit d’exercices courts et soutenus pour améliorer ses performances physiques. Multiplier les sprints de quelques secondes, réaliser un maximum de tractions en un temps imparti, c’est le lot des pratiquants. Un programme spécifique, car d’après cette étude, il est aussi efficace de faire deux heures de vélo que de multiplier les sprints pendant 15 minutes. C’est pour cela qu’à la sortie d’une séance, “ils sont tous rincés, constate David Scheidt, professeur d’EPS à l’Université de Lorraine. C’est quand même dur à encaisser comme séance, alors on peut compenser par un petit footing, on diversifie les exercices.”

Même si le cross training s’adresse à un public sportif qui le pratique en complément d’une autre discipline, il est accessible au néophyte. Mais pas sans précaution : il est conseillé de maîtriser ses postures avant d’exécuter les mouvements plus rapidement. “C’est ça le vrai danger chez les nouveaux, c’est de venir sans forcément maîtriser les postures”, ajoute-t-il.

Pour pratiquer le cross training, on peut travailler avec le poids du corps, ou avec du matériel spécifique. Explication ci-dessous avec une image intéractive.