Son intérêt pour la Russie n’est pas une passade. Julia, 21 ans, a commencé à apprendre le russe en classe préparatoire littéraire à Nancy. Elle n’a jamais arrêté depuis. Alors, quand il a fallu choisir une destination dans le cadre de ses études à Sciences Po Lille (un voyage à l’étranger est obligatoire en troisième année), le choix est vite fait. “J’avais la Russie en tête depuis longtemps.” Aujourd’hui à Saint-Pétersbourg, elle espère pouvoir obtenir en juin un nouveau visa afin de prolonger l’expérience à Moscou.

“La Neva gelée et toute blanche est merveilleuse.”

La Russie est connue pour ses hivers rigoureux, l’adaptation a-t-elle été éprouvante ?

Pas du tout ! Il n’a pas été difficile de m’habituer au climat. A mon arrivée, j’ai eu la chance d’avoir un temps magnifique. L’hiver a ensuite mis un certain moment à s’installer. On commence seulement depuis le mois de janvier à connaître des températures assez basses. Pour l’instant, le minimum a été -21°C mais avec un ressenti de -28°C. La météo à Saint-Pétersbourg n’est pas si terrible que ça, on est loin des températures extrêmes de la Sibérie. Ici, c’est un climat continental humide. On a aussi souvent droit au vent, surtout que les étudiants internationaux habitent sur une île au bord du golfe de Finlande.

Est-ce vraiment différent de ce qu’on connaît en France ?

Oui, bien sûr, c’est différent de la France mais pour moi cela n’a pas été un gros choc. Les Russes sont bien préparés au froid et à la neige. Je n’ai jamais eu aucun problème jusqu’à maintenant. A l’intérieur, il fait même plus chaud qu’en France. Les Russes surchauffent les magasins, les résidences, le tout évidemment grâce à leurs réserves de gaz.

Y a-t-il des activités que tu ne peux pratiquer qu’ici ?

A part traverser à pieds les lacs, fleuves et rivières gelées, il n’y a pas de réelles différences avec la France. Peut-être la pêche sur glace ? Mais je ne l’ai encore jamais expérimentée. Je découvrirai certainement de nouvelles activités lors de mon voyage à travers la Russie !

Les bottes en caoutchouc fourrées sont les bienvenues !

En ce qui concerne la vie pratique, quels sont les changements ?

Le climat a surtout une influence sur les vêtements que je porte. Il ne faut pas hésiter à acheter un bon manteau même si le prix est assez conséquent, c’est très important. Ensuite, il faut se munir d’un bonnet, de gants et sous-gants. Pour ce qui des vrais changements, il faut porter des sous-vêtements thermiques à chaque fois que l’on sort. Les bottes en caoutchouc fourrées sont aussi les bienvenues ! On peut trouver tout cela a des prix vraiment raisonnables puisque tout le monde doit pouvoir y accéder. Pour les déplacements, les Russes sont très forts pour dégager les routes. Quand on sort de la ville, la circulation n’est pas interrompue, les chauffeurs de bus par exemple sont habitués à rouler sur la neige et cela ne change quasiment pas leur façon de conduire.

Et pour Noël, comment se sont déroulées les fêtes ?

Je suis rentrée en France pour fêter Noël mais cela ne m’a pas empêchée de le fêter une seconde fois en Russie. Le pays a une tradition orthodoxe, ce n’est donc pas le 25 décembre mais le 7 janvier suivant le calendrier julien. Il n’y a pas de cadeau à Noël, les petits russes reçoivent leurs jouets pour la nouvelle année. Le Père Noël russe s’appelle ded moroz, ce qui veut dire grand-père gel. Ses couleurs ne sont pas le rouge et le blanc mais le bleu et le blanc. Il est accompagné par sa petite fille Snegourotchka (nom qui vient du mot neige), déesse du printemps. A Saint-Pétersbourg, diverses activités étaient organisées pour les enfants et à 17h nous avions eu droit à des feux d’artifice.

Entre la Russie et la France, quel climat préfères-tu ?

J’aime le climat russe. Saint-Pétersbourg est magnifique en hiver ! Si nous n’avons pas encore eu des mètres de neige, la Neva gelée et toute blanche est merveilleuse. Cette ville est incroyable à toutes les saisons. Aux mois de mai et juin, nous allons encore connaître de grands moments avec les fameuses nuits blanches qui transforment la ville. Mais cela annoncera déjà la fin de mon séjour à Saint-Pétersbourg alors pour l’instant, je profite de l’hiver russe !

A découvrir : le blog de Julia sur son aventure russe : carnet de Russie

Retournez à l’article principal.