La 9e édition du marathon de Metz mirabelle aura lieu dimanche avec sept communes traversées et des milliers de participants au départ. C’est l’occasion pour toute l’agglomération et les organisateurs de mettre en valeur le patrimoine local. Pour Hubert Ehrminger, président de l’association Metz mirabelle, “les participants vont courir à travers 3000 ans d’histoires.”

Mettre en avant le patrimoine, c’est aussi une façon de montrer la richesse de Metz. Une richesse peu commune. “Seul Paris, qui est hors catégorie, possède un patrimoine plus riche en France”, explique Hubert Ehrminger. Malgré tout, ce patrimoine n’est pas mis en avant sur le parcours. “Nous travaillons là-dessus pour l’année prochaine”, explique-il.

Une carte interactive pour découvrir le patrimoine

Le marathon a mis en place cette année une carte interactive, qui met en exergue les 42 points remarquables de la course, comme les 42 kilomètres (et des poussières) du marathon. Il est possible de se balader de point en point et de découvrir une courte description d’un lieu. Objectif affiché : vivre la course autrement. Vous pourrez apprendre entre autres que la plus belle gare de France 2017 n’était autre que celle de Metz ou que la cathédrale Saint-Etienne, qui fête ses 800 ans cette année, présente les plus grandes verrière gothiques d’Europe.

Cette initiative n’est pas la seule. L’association “Metz en photos, en histoires, en images”, qui rassemble un peu plus de 18 000 passionnés sur les réseaux sociaux, sera présente sur le marathon tout le week-end dans le “village” place de la république. Elle permet de mettre en lumière l’empreinte historique de Metz et de ses alentours à travers la photographie.

Hubert Ehrminger est déjà au travail et souhaite que ces initiatives soient développées dans les années à venir. A l’occasion, par exemple, de l’accueil des championnats de France de marathon, en 2019.

 

Téva Vermel