D’ici le 8 février 2015, la 4e circonscription du Doubs aura un nouveau député. Le départ de Pierre Moscovici, nouveau Commissaire européen, oblige la tenue d’une élection législative partielle. Pour le PS, la défaite pourrait être double : un député en moins, et la fin de sa majorité absolue à l’Assemblée nationale. Trois visages se disputent une place au palais Bourbon.

Récemment nommé commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici n’avait pas le droit de continuer de siéger à l’Assemblée nationale. Ce qu’il ne fait plus, puisque sa démission, effective au 1er novembre, a été confirmée le 4 novembre. Plus que le départ de l’un des ténors du Parti socialiste, c’est un nouveau siège accessible pour l’opposition. Cela pourrait aussi mettre fin à la majorité absolue du parti à la rose. À noter que le PS a perdu toutes les élections partielles organisées depuis les législatives de 2012. Mais alors, qui pour remplacer Pierre Moscovici à l’Assemblée nationale ?

Frédéric Barbier

Frédéric Barbier, candidat PS pour la 4e circonscription du Doubs.
Frédéric Barbier, candidat PS pour la 4e circonscription du Doubs.

Suppléant de Pierre Moscovici en 2012 et actuel vice-président du conseil général du Doubs, il est, depuis le 6 novembre, le candidat du Parti socialiste pour cette nouvelle élection. Il a d’ailleurs siégé à l’Assemblée nationale près de deux ans, puisque Pierre Moscovici s’affairait à Bercy, lors des gouvernements Ayrault I et II. Il aurait même pu éviter l’élection partielle grâce à une dérogation, et donc prendre directement sa suite. Cela aurait été le cas si l’ex-ministre n’avait pas démissionné avant le 5 novembre. Manque de chance, tout s’est joué à quelques jours près, puisque la nouvelle commission européenne de Jean-Claude Juncker (à laquelle appartient Pierre Moscovici) entrait en fonction le 1er novembre, l’obligeant à rendre son siège de député à ce jour.

Charles Demouge

Charles Demouge, candidat UMP pour la 4e circonscription du Doubs.
Charles Demouge, candidat UMP pour la 4e circonscription du Doubs.

En 2012, Charles Demouge était déjà candidat au poste de député. Il est battu à la triangulaire du second tour avec 26,21% des voix, loin derrière son concurrent de gauche. Pour cette nouvelle élection partielle, c’est lui qui peut priver le PS de sa majorité absolue. C’est ce qu’espère Michel Vienet, secrétaire départementale de l’UMP du Doubs : « Tout l’UMP de Franche-Comté se met en marche derrière Charles Demouge pour gagner et priver le Parti socialiste de la majorité et lui donner un nouveau carton rouge ». L’enjeu est donc de taille.

Sophie Montel

Sophie Montel, candidate PS pour la 4e circonscription du Doubs.
Sophie Montel, candidate PS pour la 4e circonscription du Doubs.

Attention, un dernier candidat peut encore jouer les troubles-fêtes. Avec Sophie Montel, le Front National espère s’adjuger un troisième siège au palais Bourbon. Conseillère municipale, député européenne et conseillère régionale, cette adhérente de longue date du Front national (depuis 1987) espère rejoindre Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen sur les bancs de l’Assemblée. Déjà candidate aux législatives en 2012, elle talonnait de très près son adversaire à droite avec 24,47% des votes. En cas d’élection, elle serait contrainte d’abandonner son mandat de députée européenne. Un faible prix à payer compte tenu du gain pour son parti.

La majorité du Parti socialiste se joue les 1er et 8 février, dates du premier et du second tour.

[toggle title=”Pour en savoir plus”]

La composition des groupes parlementaires:

[/toggle]