Ancien “Papa Perché”, Frédérique Simon a décidé de continuer son combat de son côté. Accrocher des banderoles, monter et dormir dans les grues, c’est de cette façon qu’il a choisi de lutter contre ce qu’il appelle “le placement abusif”. Nous sommes allés à sa rencontre. 

Suite à des discordes au sein du groupe et à son abandon lors de la marche vers l’Elysée à cause d’une entorse, Frédérique Simon a quitté le groupe des “Papas Perchés“. Aujourd’hui, le mouvement compte encore quatre papas et un papi : Youssef Nebdhi, Jean-Paul Pellechia, Martial Szczepaniak, David Arend et Roger Mistrzak. La bande s’est rencontrée à Freyming-Merlebach lors d’un sitting où des pères mécontents se sont rassemblés. En janvier, les “Papas Perchés” se sont mis en marche vers Paris pour sensibiliser le président François Hollande et Christiane Taubira à leur cause. Aux dernières nouvelles, l’entretien n’a pas été fructueux mais les papas n’abandonnent pas.