Vénéré en Lorraine et dans tout l’est de la France chaque 6 décembre, saint Nicolas est aujourd’hui reconnu comme le patron des enfants. Il faut pourtant remonter dix-sept siècles pour retrouver traces et origines de ce vieux monsieur. Récit…

Tous les jeunes lorrains connaissent la tradition. La veille de la Saint-Nicolas, chaque enfant laisse au pied de sa porte un verre de lait, une carotte et un sucre. Ces vivres ont pour vocation de ravitailler le saint et son âne, de passage dans chaque ménage pour offrir cadeaux et petits gâteaux à tous les enfants.

Dit “Nicolas de Myre

Saint-Nicolas, ou plus précisément Nicolas de Myre, est né autour de 270 après J.-C. près d’Antalya, au sud-ouest de l’actuelle Turquie. Fils de fervents chrétiens, il reçoit une excellente éducation. Dès l’âge de raison, Nicolas décide de consacrer sa vie à la charité. A la mort de son oncle, Nicolas devient évêque de Myre. C’est alors que les miracles débutent selon d’anciens récits.

De miracles en miracles

Trois filles, qui devaient se prostituer sur ordre de leur père, ont été sauvées par saint Nicolas. Quelques temps plus tard, lors d’une de ses messes, une femme oublia son enfant dans une cuve d’eau bouillante. Elle implora l’évêque de sauver le petit. En rentrant chez elle, elle découvrira l’enfant plein de joie, jouant à coté de marmite d’eau. Saint Nicolas aurait aussi ressuscité un groupe d’enfants assassiné par la barbarie d’un boucher.

En passant par la Lorraine

En 1098, un chevalier lorrain nommé Aubert de Varangéville rapporte une phalange du saint, vénéré dans toute la chrétienté, à Port près de Nancy. La relique sera déposée dans une chapelle de Port qui sera renommé par la suite chapelle “Saint-Nicolas-de-Port”.

Ce n’est que depuis 1477, que saint Nicolas est le saint patron de la Lorraine. Durant cette période, la région était occupée par la Bourgogne. Le duc René II de Lorraine implora le saint de lui venir en aide. Après la victoire, la Lorraine fit de Nicolas son saint patron.

L’ancêtre du Père Noël

Bienveillant et généreux, saint Nicolas a ainsi voué sa vie à protéger tous les enfants du malheur et de la violence. Désormais, tous les 6 décembre, c’est la “Saint-Nicolas”, mais c’est aussi la journée des enfants.

Bien des siècles plus tard, saint Nicolas est désormais fêté dans toute l’Europe occidentale. Au XIXe siècles, le saint Nicolas dit “Sinterclae” en hollandais, deviendra par déformation linguistique “Santa-Claus” (ou Père Noël).

Le mythe du Père Noël débute véritablement en 1823 avec la publication du poème «A visit from saint Nicholas», plus connu sous le nom de «The night before Christmas» qui raconte l’histoire d’un homme, d’une gentillesse extrême, qui distribue durant la soirée du 24 au 25 décembre, des cadeaux aux enfants du monde entier.

A Nancy, Metz, ou encore Bar-le-Duc, la Saint-Nicolas est une fête aujourd’hui encore très populaire. Ce dernier accompagné de sa crosse et son chapeau défile aux cotés du père Fouettard, vilain vieil homme qui terrorise les enfants. Mais au final, c’est saint Nicolas qui offrira généreusement des cadeaux à tous les petits Lorrains.

Comme chaque année, saint Nicolas déambulera ainsi durant le week-end du 6-8 décembre dans les rues de Nancy, épicentre de la fête du saint patron des enfants.