Le virus Ebola compte de plus en plus de cas en Guinée. Au 1er avril 2014, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) dénombrait 127 cas suspects dont 83 ayant entraîné le décès des porteurs de la maladie. Une épidémie très virulente, qui inquiète de plus en plus la communauté internationale.

C’est la première fois que le virus Ebola atteint l’Afrique de l’Ouest. Depuis janvier 2014, le nombre de personnes affectées par la maladie ne cesse d’augmenter. Les symptômes : une forte fièvre hémorragique, accompagnée de diarrhées, de vomissements et de céphalées, suivis de près par une insuffisance rénale et hépatique. Si le virus ne se concentrait qu’en Guinée ces dernières semaines, il passe désormais les frontières. Selon le journal Le Monde, on recenserait 5 cas mortels suspects au Sierra Leone et 6 cas mortels au Libéria, dont deux s’avèrent effectivement causés par le virus. L’OMS est sur le qui-vive et recommande au personnel de la santé en charge des malades de bien se protéger afin d’éviter tout contact avec le fluide corporel des personnes touchées.

En France aussi le Ministère de la Santé tire la sonnette d’alarme. D’après le Pr. Denis Malvu, spécialiste des maladies tropicales, l’information est largement relayée auprès des établissements de santé. Dès qu’un cas suspect est identifié, le patient doit immédiatement être isolé et dirigé en service de maladies infectieuses. De quoi limiter grandement la propagation de l’épidémie.

Pour plus d’information, lire l’article “Ebola : le virus qui fait peur”