Le 23 janvier 2013, après 7 années de détention au Mexique, la Cour suprême ordonne la libération immédiate de Florence Cassez. La jeune française accusée d’enlèvement,  de séquestration et de délinquance organisée quitte le Mexique, mais elle n’est pas innocentée pour autant.

Pourtant en France, on se bouscule pour l’accueillir en héroïne. Les chaînes de télé envoient des équipes pour filmer son arrivée en direct : « Florence est dans l’avion », « Florence arrive dans 10 minutes », « Florence a l’air en forme », « Florence a mangé du poulet » …

A son arrivée en France, la nouvelle héroïne est encore mieux accueillie qu’une Ingrid Betancourt libérée des mains des Farc ou que les journalistes Hervé Ghesquière et Stéphane Taponnier à leur retour d’Afghanistan où ils sont restés prisonniers 547 jours. Sur les réseaux sociaux, les utilisateurs se félicitent : « quelle femme ! » peut-on lire sur de nombreux tweets, les politiques ajoutent également leur grain de sel :

 

Cerise sur le gâteau, la ville de Dunkerque accueille la jeune femme avec des affiches « bienvenue dans ta ville ! », à la mairie elle signe des autographes et se fait prendre en photos aux côtés des habitants. Une vraie star.

 

Photo : @jeromegodefroy

 

Photo : La Voix Du Nord

 

Ce que tout le monde semble oublier, c’est qu’aux yeux de la justice mexicaine, Florence Cassez n’est pas innocentée. Et qu’elle avait une relation avec le présumé chef de la bande du “Zodiaque”, qui aurait à son actif une dizaine d’enlèvements et un meurtre. Alors pourquoi l’accueillir comme la nouvelle Jeanne D’arc fraîchement libérée des griffes du peuple mexicain barbare et sauvage ?

Disproportionné, le retour de l’ex-prisonnière ? Pas qu’un peu. Heureusement que chaque ex-détenu ne fait pas l’objet d’un JT entier.

N’empêche qu’après quelques passages dans les médias, c’est silence radio du côté Cassez. Et c’est tant mieux.

Pour aller plus loin :
“Le retour du héros : un genre télévisuel ?”
“Affaire Cassez : les biais et excès des médias”