Présente au Musée de la Cour d’Or depuis le 18 septembre, l’exposition « La Femme dans le judaïsme, au fil de la vie »  permet au public de découvrir une facette peu connue de la religion juive.

Dans une grande salle, très épurée, la robe de mariée trône. Blanche, satinée, elle attire le regard dès l’arrivée. Autour d’elle, d’autres objets hérités de la tradition : une Torah, des costumes traditionnels, des stèles des Dix Commandements, les chandeliers à sept ou huit branches, des photos et des gravures de commémorations sont disposés. On y apprend que le fil rouge de la religion juive est la figure de la femme, de la fille, de la mère. Cette culture se transmet de la mère à l’enfant. « On est juif quand on naît de mère juive non pas quand on naît de père juif » précise Désirée Mayer, présidente des Journées Européennes de la Culture Juive. Co-organisatrice de l’événement,  la présidente de l’association laïque expose les rites de passage qui rythme la vie d’une femme juive.

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/169419671″ params=”auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”100″ iframe=”true” /]

« Une chose merveilleuse »

« La Femme dans le judaïsme, au fil de la vie » a nécessité à peine 6 mois de préparation grâce au commissaire Raphaël Mariani et au directeur du musée, Philippe Brunella.  « [Ils] ont été très réactifs, une exposition est une chose lourde qui nécessite quelques années de préparation. » Désirée Mayer ajoute même que la rapidité de sa mise en place est une « chose merveilleuse ». Constituée de dons et de dépôts du Consistoire Israélite de Moselle, l’exposition permet aux visiteurs de s’ouvrir à ce pan de culture encore méconnu. Les Journées Européennes de la Culture Juive ont commencé le 6 septembre et se finiront le 8 décembre avec plus d’une cinquantaine événements en tous genres, comme des concerts, des visites, des lectures et des conférences.