À Grenoble, on s’apprête à élire le nouveau maire écologiste Éric Piolle lors du premier conseil municipal, ce soir à 18h. Et qui dit nouvelle équipe, dit nouvelles pratiques. Ce premier conseil est retransmit en streaming-vidéo sur la plate-forme dailymotion, comme ce sera désormais toujours le cas. L’ordre du jour est simple. Il faut élire le maire, déterminer le nombre d’adjoints et les élire également. Cette nouveauté était inscrite dans le programme de la liste “Une ville pour tous” qui veut une ville plus démocratique, tournée vers les citoyens. Une traduction en langue des signes est prévue également.

La première heure du conseil municipal s’est déroulée dans une ambiance sereine mais très médiatique. La doyenne des conseillers municipaux Martine Jullian (liste majoritaire) a prononcé un discours la voix pleine d’émotions avant de lancer le vote pour élire le maire. Le résultat est tombé à 18h38, 50 voix sur 59 pour Éric Piolle, ce qui donne la majorité absolue nécessaire à l’élection du nouveau maire. Des voix sont venues des élus de la liste socialiste de Jérôme Safar, qui ne s’est pas présenté. Quelques hésitations ont pu être observées parmi les assesseurs mais le vote a pu se dérouler sans problèmes.

Un discours d’un quart d’heure du nouveau maire a eu lieu ensuite reprenant son slogan de campagne “faire de Grenoble une ville pour tous”, avec la volonté de “faire un mandat exemplaire”. Jérôme Safar s’est aussi exprimé pour signifier qu’il n’entrera pas dans “un exercice d’opposition stérile”.

Le conseil municipal s’est terminé à 19h40 sous les applaudissements après la remise des écharpes aux nouveaux adjoints de la ville.


Conseil municipal d’installation du 4 avril 2014 par VilledeGrenoble

La liste menée par Éric Piolle avait déjoué les sondages dimanche 23 mars en arrivant en tête le soir du premier tour des élections municipales (29,4%), devant le candidat socialiste Jérôme Safar (25,3%). La liste a obtenu 40% des suffrages au second tour. Elle est constituée d’une alliance Europe-Écologie Les-Verts (EELV) et du Parti de Gauche, entre autres partenaires de gauche.

Issy-les-Moulineaux, pionnière du numérique

Grenoble n’est pas la première ville à concevoir de nouvelles formes de proximité avec ses habitants. À Issy-les-Moulineaux, dans la banlieue parisienne, la culture du numérique remonte à 1995.

Le député-maire de l’époque André Santini avait réalisé une première mondiale en 1997 en retransmettant le conseil municipal à la télévision auprès de 5000 foyers isséens câblés. Mais l’idée était aussi d’être en interaction avec les citoyens. Les Isséens pouvait réagir par téléphone ou sur Internet et le maire interrompait la séance pour lire les messages reçus.

Aujourd’hui à Issy-les-Moulineaux, les habitants peuvent payer leur stationnement avec leur téléphone mobile ou emprunter des livres électroniques dans les médiathèques. En plus des réseaux sociaux, les citoyens peuvent utiliser des applications, accéder à une web TV. Dernières opérations numériques en dates, la mise en place d’un site qui permet de personnaliser les informations que l’on reçoit par centres d’intérêt ou encore la mise à disposition de données concernant la commune disponibles sur le site du gouvernement.