La télécommande ? A la poubelle ! La télévision de demain n’aura bientôt plus besoin de ces petits boîtiers à piles pour fonctionner. Votre voix ou vos yeux suffiront ! Oui, comme dans les films de science-fiction. Tout sera possible, tout ira plus vite. Grâce au numérique, la télévision n’aura plus de limites.

Dans le cadre du Train de la télé, qui s’est arrêté à Metz le 10 octobre dernier, les visiteurs ont pu découvrir quelques innovations. Pour ne pas se laisser manger par Internet et les supports mobiles (tablettes, Iphones, Smartphones), la télévision est obligée d’innover à vitesse grand V. Les émissions que l’on regarde seul dans le salon, c’est terminé. La TV sociale a déjà commencé à envahir les foyers. Le téléspectateur est de plus en plus impliqué dans ce qu’il regarde. Il commente sur les réseaux sociaux, interagit avec les présentateurs et les invités. La promesse de cette évolution : l’interaction, voire l’immersion. Demain, il sera possible de co-créer et de co-produire une série depuis son écran. Qui n’a jamais rêvé de décider du sort de ses personnages favoris ? Le spectateur deviendra à son tour scénariste et aura le droit de vie ou de mort sur ses héros. La télévision personnalisée ne sera donc plus un mythe. Des algorithmes basés sur l’historique de navigation permettront également de proposer des programmes adaptés aux goûts de chaque individu.

Des nouveautés qui font rêver

Fini l’écran fixe, la télé du futur jouera au caméléon. Des lunettes connectées aux montres, en passant par les vitres intelligentes, les miroirs de la salle de bain ou même les murs, la télévision sera partout. Les possibles ne s’arrêteront pas là. Il sera aussi question de TV holographique : les écrans flotteront dans l’air. En plus d’être impalpables, ces derniers se laisseront guider par la voix, le regard ou encore la reconnaissance faciale. Et non, vous ne rêvez pas ! Toutes ces nouveautés deviendront bel et bien réelles grâce au développement intensif du numérique. D’ici 2020, la 5G remplacera la 4G (le téléchargement de films et musiques via un téléphone ou une tablette sera alors encore plus rapide), le Lifi verra le jour (Internet sera accessible depuis les éclairages et les sources de lumière) et la HD laissera sa place à l’Ultra HD (aussi appelée 4K et quatre fois supérieure à la qualité haute définition).

Patrick Poivre d'Arvor en dédicace de ses livres lors du passage du train de la télé à Metz
Patrick Poivre d’Arvor en dédicace de ses livres lors du passage du train de la télé à Metz

Invité lors de l’étape à Metz, Patrick Poivre d’Arvor donne son avis sur la télé d’aujourd’hui :

Que pensez-vous de l’évolution de la télévision ?

Pour tout vous dire, je ne regarde pratiquement plus la télévision. Il y a une raison à ça évidemment : j’ai l’impression d’apprendre de moins en moins. Moi j’aime bien quand une émission m’ouvre des horizons, me permet de m’évader, d’enrichir ma culture. Aujourd’hui je vois bien que ce n’est plus tellement la norme. La norme maintenant, c’est la distraction. Je peux comprendre qu’il y ait des gens qui aient besoin de se distraire mais pour ma part, je préfère passer par d’autres activités. Mais je suis ravi d’avoir servi la télévision à un âge d’or.

Le 20 heures est-il toujours une institution ?

Je suis parti (ndlr – de TF1) en juillet 2008 et depuis je ne l’ai plus jamais regardé. Avant, on appelait ça la grande messe mais aujourd’hui il y a plein de petites chapelles de toutes natures, puisqu’il y a plein de chaînes qui diffusent de l’information, sans oublier Internet. A l’époque, quand les gens regardaient le journal, ils ne savaient pas ce qu’ils allaient voir. Aujourd’hui, tout le monde sait, tout le monde a reçu l’alerte, un sms. Evidemment, tout change.

La télévision doit-elle alors innover ?

Oui, c’est indispensable. La création est capitale dans tous les domaines. Dans le futur, il faudrait par exemple de beaux téléfilms, novateurs, audacieux. Pas uniquement des histoires policières parce que c’est facile et parce que les Américains font ça aussi. Le Grand Echiquier (ndlr – Diffusée de 1972 à 1989, cette émission se déroulait pendant trois heures, en direct et avec un public), c’était une vraie innovation. D’autres émissions ont elles aussi apporté de belles nouveautés pendant cette période. Et j’espère qu’il y en aura d’autres à l’avenir.

[toggle title=”Qu’est-ce que le Train de la Télé ?”]

Le train de la télévision s’est arrêté en gare de Metz le 10 octobre dernier. La cité mosellane faisait partie des 15 villes parcourues par l’exposition qui s’est déroulée du 7 au 26 octobre.

Au programme, sept voitures qui retracent l’histoire de la télévision. Chaque voiture étant associée à un thème (information, magazine, sport, fiction, divertissement, jeunesse et innovation).

Cette exposition a été créée par William Leymergie (présentateur de Télématin sur France 2) en partenariat avec l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) et Trains Expo Événements SNCF.

Interview de Sibel Eren, du service communication de l’INA à propos de l’exposition et de sa mise en place.

Découvrez notre diaporama sonore sur l’exposition ainsi que le quiz sur les génériques utilisés. Soyez attentifs !

[/toggle]