Ils sont Slovaques, Chinois ou Camerounais mais cette année ils passeront Noël en France. Les étudiants étrangers, de l’université de Lorraine, racontent comment se passent les fêtes dans leur pays.

 

“Le film de Noël le plus populaire ? Cendrillon”

Timea, 22 ans, Slovaque (Master de DEA)

“En Slovaquie, Noël est célébré les 24, 25 et 26. Trois jours consécutifs de congé ! On prépare beaucoup de plats traditionnels. Le matin, du poisson avec de la salade de pommes de terres, beaucoup de gâteaux et ce qu’on appelle des bryndzové, des sortes de pâtes avec des pommes de terre, des noisettes ou de la confiture. On décore aussi un sapin, comme ici ! Puis, comme je suis chrétienne luthérienne, je vais à la messe à 14 h. Les chrétiens catholiques y vont à minuit. On mange le repas du soir à 18 h puis on s’offre des cadeaux. La plupart des familles aiment regarder les films typiques de Noël ensembles. Le plus populaire ? Cendrillon !

Je préfère nos plats traditionnels salés

Cette année, ma famille vient en France, fêter Noël avec moi. On va visiter des musées, des jolies villes comme Strasbourg et essayer des restaurants français. Mais je suis quand même un peu triste. Sur les marchés, j’ai vu que les plats typiques étaient sucrés, comme des crêpes ou des gaufres. Je préfère les plats salés slovaques avec des pommes de terre et de la charcuterie.”

 

 “C’est une fête qui se passe surtout entre jeunes”

Lu, 23 ans, Chinois, (Licence génie industriel) 

“Pour Noël, on va au karaoké pour chanter ! Nous copions un peu les traditions occidentales mais c’est une fête qui se passe surtout entre jeunes. Comme équivalent, nous avons la fête du printemps qui se passe à la maison avec la famille au complet. On mange du riz, bien sûr, mais aussi des raviolis chinois et d’autres spécialités du pays. Mais le meilleur moment, c’est lorsqu’on allume des feux d’artifices.

C’est une nouvelle culture pour moi

Je vais aller à Disneyland cette année. L’an passé, j’ai passé les fêtes en Suède. J’ai un ami à Göteborg et nous l’avons fêté avec une famille locale. C’était la première fois que j’étais le seul Chinois autour de la table. Il y avait des enfants, tout le monde a eu un cadeau et un des membres de la famille s’est déguisé en père noël. C’est une nouvelle culture pour moi. J’ai goûté quelques gâteaux au marché de Noël, mais le vin chaud c’est vraiment pas mal !”

 

“Les chrétiens invitent leurs voisins musulmans”

Hamadou, 27 ans, Camerounais (Master de génie industriel)

« Noël, ça bouge chez nous ! Les Africains sont connus pour ça, ils savent faire la fête. Comme le Cameroun est un pays laïque, les chrétiens invitent leurs voisins musulmans pour Noël. On a les mêmes traditions qu’en France : on se fait des cadeaux, on décore un sapin, même si c’est un sapin artificiel. Mais il n’y a de foie gras ! Sauf dans les familles aisées. Sinon chacun fait ce qu’il a, selon ses propres capacités. On essaie de faire le maximum, souvent avec des tubercules ou des bananes plantains.

Ce que j’aime en France, ce sont les décorations des villes

Ici, d’après ce que je vois à la période de Noël, les gens restent un peu isolés. Surtout les étrangers qui n’ont pas leur famille avec eux. Personnellement, j’ai un peu galéré pendant les périodes de vacances pendant ma première année. Cette fois-ci, des amis m’ont invité à le fêter avec eux à Lyon. Ce que j’aime bien par contre, ce sont les décorations dans les rues. Les villes de Metz et Nancy, avec leur vieux centres et leurs monuments, s’illuminent. Ça, franchement, c’est beau. »

 

“J’ai un fort attachement aux festivités”

Éléna, 23 ans, Ukrainienne, (Master en Science du langage) 

“Je fête Noël le 7 janvier parce que je suis orthodoxe ! Entre les deux calendriers, il y a une différence de sept jours. Pour le réveillon, nous avons nos spécialités. On prépare une sorte de jus de compote à partir de fruits secs, des raviolis avec des cerises pour le dessert, beaucoup de choses à base de céréales, de blés, de miel et on met tout ça au centre de la table. Chez nous, les enfants reçoivent plus de cadeaux lors de la Saint Nicolas, mais pour Noël, ils vont de maison en maison un peu comme à Halloween, ici, et reçoivent une petite pièce et des bonbons. Dans les grandes villes, les traditions meurent petit à petit, mais je viens de la campagne et j’ai un fort attachement aux festivités.

 Nous allons fêter Noël entre copines

Il y a une forte communauté ukrainienne à Metz et nous essayons de promouvoir cette culture avec les Français. Malheureusement je n’ai jamais été invitée dans une famille française pour manger de la bûche. Cette année, nous allons fêter Noël entre copines. J’espère faire ça ailleurs qu’à la résidence, même si c’est comme à la maison.”

 

 

 

N’hésitez pas à réagir à cet article sur notre page Facebook