Le “Toit du monde” croûle sous les déchets déposés au fur et à mesure des années par les alpinistes. Ang Thsering, président de l’association népalaise d’alpinisme, a alerté sur le problème de la pollution massive de l’Everest. Outre les ordures classiques laissées par les grimpeurs, on trouve également du matériel d’alpinisme, des bouteilles d’oxygène mais aussi des excréments humains. En tout, près de dix tonnes de déchets jonchent les chemins.

Pour pallier à ce problème, le gouvernement népalais a mis en place un système de caution : chaque alpiniste doit verser 4 000 dollars avant son ascention, caution qui lui sera remise s’il ramène huit kilos d’ordure – poids moyen de déchets pour une ascension. Cependant, ce système reste peu appliqué. Pour cette nouvelle saison, des fonctionnaires vont également contrôler assidûment les grimpeurs.