Depuis lundi soir, la situation diplomatique entre Kiev et Moscou s’est aggravée. Jeudi 22 janvier, l’armée ukrainienne a perdu dans la journée le contrôle de l’aéroport de Donetsk. On dénombre 42 personnes tuées dans des combats.

Aujourd’hui, l’aéroport de la ville est complètement ravagé, l’armée ukrainienne cède actuellement peu à peu ses positions aux séparatistes. « En raison des tirs venant de toutes les directions, il a été décidé la nuit dernière de quitter le nouveau terminal », a déclaré le porte-parole Vladislav Selezniov dans la matinée. Vers 12h, le dernier bastion tenu par les partisans ukrainiens est tombé. Ce lieu restait stratégique autant que symbolique pour les partisans de Kiev puisqu’il s’agissait de la position la plus avancée par l’armée ukrainienne depuis le début du conflit, et constituait un avantage tactique majeur contre les séparatistes. 42 personnes ont perdu la vie dans les combats.

Selon le président ukrainien, Petro Porochenko, plus de 9.000 soldats russes se trouvent sur le territoire Ukrainien, un chiffre invérifiable puisque Moscou nie les faits, il évoque aussi « plus de 500 tanks, pièces d’artillerie lourde et véhicules de transport de troupes ». Lundi 19 janvier, l’état-major ukrainien indiquait le franchissement de la frontière de la région de Louhansk par 700 militaires russes ainsi que du matériel.

C’est la première fois depuis le début de la crise ukrainienne que Kiev accuse directement la Russie de participer aux hostilités. Plusieurs cessez le feu ont été signés entre les partisans ukrainiens et les séparatistes pro-russes. Si les combats n’avaient pas cessé, elles s’étaient significativement atténuées en septembre et décembre dernier.

Le tracé de la ligne de démarcation est basée sur les informations de l’état major ukrainien.

Les affaires étrangères font un nouvel appel au cessez-le-feu

Mercredi 21 janvier au soir, les ministres des Affaires étrangères russes et ukrainiens avec leurs homologues allemands et français se sont mis d’accord pour appeler aux combattants un cessez-le-feu généralisé. Ils demandent aussi un retrait des armes lourdes dans la zone de tampon décidée lors des accords de Minsk en septembre 2014.

Le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, affirme la volonté de Moscou de vouloir conserver l’intégrité territoriale de l’Ukraine, mais juge les éventuelles livraisons d’armes occidentales en Ukraine comme contraire aux accords internationaux. “Nous ne voulons pas de nouvelle guerre froide, mais ce sont les USA et l’OTAN qui ont choisi la voie de la confrontation”, déclarait-il.

John Kerry accuse les séparatistes de mener une tentative “d’annexion flagrante” d’une partie du territoire Ukraine, ce qui constitue “une violation directe des accords de Minsk dont” les Etats-Unis sont signataire. Le secrétaire américain a ajouté que “Les Etats-Unis continuent à soutenir l’intégrité territoriale de l’Ukraine et condamnent tous les actes qui visent à saper sa souveraineté”.

Pertes civiles en hausse

Depuis la reprise intensive des hostilités, les pertes civiles sont nombreuses. Mardi 13 janvier, un autobus était touché par un obus d’artillerie faisant 12 victimes. Dans la nuit de mardi à mercredi, un bombardement intensif à Donetsk a fait 5 morts civils et 29 blessés. Ce matin, un obus a, à nouveau, touché un trolleybus et tué 13 civils supplémentaires. Aujourd’hui, on dénombrerait un peu plus de 4.800 victimes ukrainiennes (militaires et civils confondu) depuis la mi-avril 2014.

Omar Belkaab & Aurélien Glabas