Mercredi 6 Janvier, le maire de Metz Dominique Gros a annoncé lors d’une conférence de presse à l’hôtel de ville qu’il ne serait pas candidat à la présidence de Metz Métropole. Après avoir sciemment entretenu un certain suspens, il laisse le champ libre à Jean-Luc Bohl, président sortant.

Fin du suspens

Dominique Gros a entretenu le doute jusqu’au dernier moment. Il y a encore quelques jours, le maire (PS) de Metz n’excluait pas de se porter candidat à la présidence de la Communauté d’Agglomérations de Metz-Métropole (ex-CA2M). Jean-Luc Bohl (Nouveau Centre), devrait par conséquent être le seul candidat à sa propre succession lors des élections qui auront lieu ce Vendredi 8 Janvier.

Dès le début de la conférence de presse, M. Gros a mis fin aux dernières interrogations.”Je ne suis pas candidat” a t-il annoncé d’emblée aux journalistes, visiblement peu surpris. Le maire de Metz a évoqué l’élection de 2008, qui avait vu Jean-Luc Bohl devenir président de la CA2M . Son adversaire était alors…Dominique Gros. ”Le vote avait été serré à ma grande surprise, avec un écart d’à peine 8 voix (ndlr: 88 contre 80); il n’est pas opportun de recommencer cette élection et je n’ai pas fait campagne.”

Il faut que les villes soient fortes

M. Gros affirme que cette déclaration de non-candidature ”est la conséquence d’un engagement pris au mois de Mai dernier”. La réforme de la gouvernance interne de Metz-Métropole étant entérinée (passage de 47 à 20 vice-présidents, et de 170 à 105 délégués), il estime que ”l’objectif initial a été atteint”. A ses yeux, le prochain défi pour Metz Métropole est de poursuivre le développement d’une ”agglomération en mouvement, encore jeune et qui se cherche, qui doit préparer l’avenir”.

Le maire de Metz insiste fortement sur le rôle prépondérant que vont avoir les grandes villes et la métropolisation dans les années à venir. ”J’en suis convaincu, les temps qui viennent seront les temps des villes, car ce sont elles qui structurent les territoires. Il faut que les villes soient fortes.” Dominique Gros veut concentrer toute son énergie et tout son temps à la gestion de la ville de Metz.

Gros ambitieux

La stabilité et la continuité du travail entrepris avec Jean-Luc Bohl au niveau de la communauté d’agglomérations lui paraîssent être les meilleurs gages d’efficacité : ”Je pense que nous avons fait du chemin en moins de deux ans, je sais d’où nous venons et la fragilité de l’outil que nous construisons ensemble. Je ne suis pas mécontent du travail accompli.” Il affirme qu’il n’a ”rien marchandé” avec M. Bohl en échange de sa non-candidature, mais qu’ils ont ”discuté sereinement”.

M. Gros lance à l’assistance : ”Cela peut vous paraître bizarre qu’un homme politique ne saute pas sur tout ce qui bouge !…” Et d’ajouter : ”J’entends jouer ma partition à l’intérieur de l’agglomération ; il y aura d’autres échéances plus tard, la vie est longue…” S’il a décidé de laisser le champ libre à Jean-Luc Bohl pour cette élection, Dominique gros affiche ses ambitions politiques sur le long terme.

Thomas REMY