Séverine Marque,  libraire messine, rentre tout juste du festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Choisie pour faire partie du Grand Jury du festival, elle revient sur son expérience.

 

Depuis  combien de temps connaissiez-vous le festival d’Angoulême ?
J’y suis allée pour la première fois en 2000, en tant que libraire. Avant, j’y allais surtout en tant que passionnée, de manière irrégulière. Mais depuis que la librairie appartient au Canal BD, je m’y rends chaque année. C’est toujours un moment de plaisir !

Qu’est ce que cet évènement représente de spécial pour vous ?
C’est quelque chose d’important, Angoulême c’est un peu le « Cannes de la BD » ! C’est international, on y retrouve des auteurs extrêmement variés. Et puis c’est une belle occasion pour rencontrer des éditeurs, des libraires, revoir les auteurs qui sont venus faire des dédicaces au magasin… Professionnellement c’est inévitable parce qu’on y découvre la présentation des programmes des éditeurs et que c’est idéal pour prendre des contacts, notamment en perspective du festival Littérature et Journalisme qui se déroule à Metz en avril prochain.
Et pour ce qui est de la passion, c’est simplement le bon endroit pour voir de belles expositions et rencontrer ses auteurs préférés.

Comment avez-vous été choisie ?
J’ai été conseillée par des responsables de Canal BD, puis contactée par une organisatrice du festival qui m’a expliqué rechercher  quelqu’un « avec suffisamment de personnalité pour imposer ses choix ». Avant, ce jury était composé de personnes connues, mais depuis quelques temps ça a changé et les organisateurs ont la volonté d’avoir une équipe composée de gens qui lisent vraiment les albums. J’étais donc avec deux auteurs, deux journalistes et un autre libraire. Ça a été une vraie surprise d’être choisie, je n’y avais jamais pensé.  J’étais heureuse et honorée !

Séverine Marque nous présente une de ses BD coup de coeur de la sélection du jury : “Aâma” de Frederik Peeters

Comment se passent les décisions de ce grand jury ?
On devait remettre plusieurs prix : le meilleur album, le spécial jury, la révélation, la meilleure série et le prix du patrimoine. Chacun défendait ses choix, des fois on a débattu longuement, comme pour choisir le meilleur album, où les discussions ont duré 4h – autour d’un bon repas, bien-sûr ! On débattait, on essayait de convaincre les autres, d’argumenter… Finalement c’est le tome 2 de “Quai d’Orsay”  de Lanzac et Blain qui a remporté le trophée.
Chaque membre du jury a eu un coup de cœur de récompensé. Mais on n’est pas forcément d’accord avec tous les prix, il y a certains albums avec lesquels je n’ai pas accroché mais qui ont plu à d’autre et vice versa. C’est là qu’on s’aperçoit que l’on a tous des ressentis très différents.

Et maintenant que c’est fini, quel est votre sentiment ?
De la nostalgie, bien-sûr !  C’était quelque chose d’unique puisque l’on ne peut pas être deux fois membre du jury, même si j’aimerais beaucoup renouveler l’expérience !  J’ai fait de belles rencontres, et je comprends mieux comment fonctionne le palmarès maintenant.
Mais je continue à défendre les albums que j’aime dans ma librairie, et puis je suis quelqu’un qui passe assez vite à autre chose.

Un seul mot pour définir l’expérience ?
Intense ! J’ai passé cinq jours qui se sont écoulés à une vitesse folle. J’ai manqué de temps car il y a tellement de choses à voir  et à découvrir là-bas. C’était aussi beaucoup de fête et peu de sommeil ! Peu importe, j’y retourne l’an prochain !

Le festival a fêté cette année ses 40 ans, retour sur ses évolutions, ses succès et ses déboires.