Stade de Metz Handball

Par Clément Le Foll et Romane Mugnier.

Le 1er décembre dernier, le Metz-Handball a lancé un appel aux dons. Le président Thierry Weizman compte sur la générosité de ses supporters pour maintenir son équipe au plus haut niveau. Contraintes sportives, retraits de partenaires, professionnalisation du handball… Comment un des meilleurs club français se retrouve t-il en difficultés financières ? Explications.

« Actuellement comme la majorité des clubs de handball féminin français, le club de Metz Handball est obligé de trouver de nouvelles formes de financement en raison des difficultés du tissu économique local et pour faire face aux futures diminutions des subventions publiques. C’est pourquoi nous proposons à nos supporters de nous aider à nous maintenir au plus haut niveau. »
Ces mots, ce sont ceux de Thierry Weizman. Dans un communiqué de presse, le président du Metz-Handball en appelle à ses supporters pour redresser le club économiquement. L’occasion de faire le point sur les origines de ces problèmes financiers.

  • Réforme territoriale 

Actuellement, les collectivités territoriales contribuent à plus de la moitié du budget total du Metz Handball. L’apport de la Région Lorraine représente à lui seul 10% de ce budget total. Rien ne garantit que ces montants soient maintenus lors du passage à la grande région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine en 2016. « Qui nous dit qu’ils ne vont pas préférer subventionner la construction de gymnases et aider le sport de masse ? », s’interroge le président du club Thierry Weizman.

  • Retrait de certains sponsors

Si les temps sont durs pour les Dragonnes, ils le sont aussi pour les sponsors. “Seize partenaires ont eu du mal à boucler leur engagement. Pour les entreprises aussi, la période est compliquée”, constate Thierry Weizman. Les clubs sportifs ne sont pas épargnés par le contexte économique actuel.

  • Élimination en coupe d’Europe

Le 21 novembre, le parcours européen des Messines prenait fin prématurément. Un revers (28-21) face au danoises de Viborg en 16e de finale de Coupe des Coupes. Au-delà de l’échec sportif, la défaite a des conséquences économiques. Cette élimination prématurée en Coupe d’Europe pourrait engendrer une perte d’affluence aux Arènes (la salle qui accueille le match du Metz-Handball). Ce qui aurait un impact négatif sur les recettes issues de la billetterie.

  •  Participation à la Ligue des Champions 2014/2015

La saison dernière, le Metz-Handball était engagé en Ligue des Champions, la plus haute des compétitions européennes. Une aubaine au niveau médiatique et populaire, avec la certitude de remplir les Arènes lors de trois matchs à domicile. « Un gouffre » sur le plan financier, a confié  le président du club, Thierry Weizman, au Républicain Lorrain. « La C1 coûte très cher, avec des droits d’inscription (15 000 euros) et un niveau de prestations, hôtelières par exemple, très élevés. De plus, la régie publicitaire, en Ligue des Champions, m’interdit la présence de mes propres partenaires sur le terrain. »

  •  Délocalisation lors du Moselle open de tennis

Du 21 au 27 septembre dernier, la ville de Metz accueillait le Moselle Open de Tennis. Ce tournoi professionnel se déroulait au Palais Omnisport des Arènes. Privées de leur salle pour leur match de championnat face à Issy-Paris le 26 septembre, les Dragonnes ont dû délocaliser. La rencontre s’est jouée au Palais des sports Jean Weille de Nancy. Une solution de repli couteuse : 25 000e pour la location du complexe. À cela vient s’ajouter les dépenses relatives au déplacement et la diminution des bénéfices sur la billetterie.

  •  Professionnalisation des arbitres

En octobre, le handball français a vécu une petite révolution. À compter de 2016, des arbitres professionnels officieront en Ligue Nationale de Handball (LNH). Une annonce faite par François Garcia, président de la Commission Centrale d’Arbitrage de la FFHB. Les arbitres « seront rémunérés 4.500€ par mois », révèle le magazine Allemand Handball Inside. Un changement bénéfique pour le handball, mais contraignant pour les clubs, qui sont les principaux financeurs du salaire des arbitres. Un surcroit non négligeable dans le budget du Metz-Handball.

  • Professionnalisation des joueuses

Faire partie des meilleurs clubs de Handball français a un coût. L’effectif du Metz-Handball est composé de joueuses professionnelles, pour la plupart internationales. Pour pouvoir garder ses meilleurs éléments, le club doit faire des efforts au niveau des salaires et s’aligner sur la concurrence. À cela viennent se greffer les agents. Ces représentants de joueuses sont de plus en plus nombreux et représentent un supplément de 10% dans la masse salariale du Metz-Handball.

Depuis 1989, le Metz Handball a été sacré dix-neuf fois champion de France. Malgré ces bons résultats, le handball féminin reste en marge des clubs masculins comme l’a fait remarquer  la Fédération Française de Handball. Le nombre de femmes licenciées est nettement inférieur à celui des adhérents hommes.