Tableaux et bijoux étaient au rendez-vous à Nancy pour la 17ème édition de la Maison des créateurs, événement regroupant de multiples artistes exposant leurs productions artistiques. Environ 500 personnes sont venues au Pavillon Poirel pour admirer et acheter ces créations originales et bien différentes de ce que l’on peut trouver généralement. Un événement qui a su combiner convivialité, échanges et découvertes.

 

La créativité n’a pas de limite

C’est se promener dans une ville, dans les bois, regarder une personne, une voiture et parfois on aperçoit des petites choses, des petits détails et on couche ça sur le papier ou on prend des photos. Une fleur peut vous donner une tendance de couleur, un esprit, tout peut être une influence pour une création” raconte Bruno Amicone, artisan du cuir.

Mais finalement la créativité ne se résume pas aux vêtements ou aux bijoux lors de l’événement “Maison des créateurs”. Béatrice Vanier, masseuse depuis plusieurs années et auto entrepreneuse l’explique très bien. “Le massage c’est au-delà d’une technique. C’est un savoir-être et un savoir-faire qui fait appel à la créativité pour me permettre de personnaliser chaque massage en fonction du bien-être de la personne”. Il s’agit avant tout, pour elle, de sonder le client-patient pour faire un état des lieux de ce qui ne va pas. Le massage devient donc individuel et est composé selon les besoins de la personne. “Cela demande effectivement une certaine sensibilité, perception et ce côté créateur” ajoute-t-elle en déclarant que l’aspect n’est pas qu’économique dans ce lieu.

Elle réalise du massage assis “Amma“, avec une chaise ergonomique, où la personne s’installe à cheval pour y déposer sa tête sur un appuie tête. L’intérêt est que l’on reste habillé ; c’est un travail où le haut du corps essentiellement est mobilisé pour évacuer toutes les tensions physiques, émotionnelles, mentales donc un bon outil pour gérer le stress et pour redonner de la vitalité au corps. Elle pratique également des massages relaxant sur table avec des huiles essentielles et de massages, à Nancy. “J’ai toujours cette corde sensible” explique Béatrice Vanier. “ Cela fait parti de mon ancienne vie car j’ai beaucoup travaillé dans l’événementiel et avec les créateurs. Et parce que la Maison des créateurs c’est un événementiel que j’affectionne tout particulièrement. Et puis pour ma contribution, pour le bien-être des gens, leur faire découvrir le massage, pour leur apporter un moment de détente“.

Création bijoux
Créations de bijoux à partir de vieux mécanismes de montres suisses par l’artisan Vano. Crédit photo : Weihua Jiang

 

Comment bien vendre quand il s’agit de créations ?

“C’est surtout avoir le cœur d’aller voir les gens, les inviter à venir découvrir, discuter avec eux, leur expliquer les bienfaits du massage au-delà de la détente” prône la masseuse qui en est à sa 8ème édition. Quand on lui demande ce qu’elle attend comme chiffre d’affaire, Béatrice Vanier répond que ce n’est pas sa priorité. “Je n’ai absolument pas fixé d’objectif sur un plan financier. Le plus important pour moi étant de toucher un maximum de personne tant par la découverte du massage que pour donner des idées de cadeaux aux proches”. Bien sûr, l’économie est à prendre en compte mais elle préfère le voir dans son ensemble : que les artistes et créateurs présents puissent y trouver leur compte.

Vano, un créateur de bijoux, est venu pour rencontrer le public. Son objectif étant de montrer son travail car, pour lui, le client doit savoir ce qu’il achète. Marion Fillancq, sculptrice de formation, choisit la même méthode de vente pour ses bijoux en miroir. À l’occasion de la Maison des créateurs, elle a arboré deux collections créées d’après des techniques issues de la préhistoire. “On utilise cela pour les bijoux, c’est nouveau. On a mélangé le précieux et des esthétiques brutes et primitives” déclare-t-elle en parlant de ses productions artistiques. Une explication qu’elle donne systématiquement aux clients qui veulent en savoir plus sur ses méthodes de travail. Et cela permet également aux visiteurs de comprendre pourquoi, dans ce genre d’événement, les prix sont un peu plus élevés que d’habitude.

Même son de cloche pour Bruno Amicone, qui tente de se rapprocher de sa clientèle pour lui offrir un service de qualité et le sourire en prime. Pourquoi ? “Parce qu’on est là pour venir chercher votre produit, acheter votre produit, l’essayer. Il faut toujours donner le produit en main aux personnes pour qu’elles puissent réellement le toucher. Un produit qui ne se touche pas ne se vend pas !” clame avec conviction ce fabricant de ceinture. Autre point important : la disposition du stand. “Ne jamais mettre un stand droit où l’on ne voit rien, toujours l’incurver et toujours entamer une conversation avec la personne

Pour l’organisatrice de l’événement, Sophie Milli, il s’agit d’un réel succès puisque tous les objectifs semblent avoir été remplis notamment au niveau financier. Et pour les amateurs et amoureux d’art, la Maison des créateurs réouvrira ses portes en juin et décembre 2016, pour deux nouvelles éditions riches en création.