3, 158 millions de spectateurs en France. Beau score pour la première semaine de “Tintin et le secret de la Licorne”. Ce film de Steven Spielberg tout en animation 3D prend de plus en plus d’ampleur. Réactions à Vannes (56) lors d’une sortie de salle.

entre_cinma

Léo sort de la salle de cinéma de Vannes avec son père. Il a 8 ans et a été ravi par le film “Tintin et le secret de la Licorne” : “Je préfère le film aux BDs car c’est plus réel avec les images, et de mettre une voix sur les personnages”. Son père Morgan ne tarit pas d’éloges non plus : “Au début, c’était un peu surprenant avec la 3D, mais on s’habitue vite. Il y a beaucoup d’humour, on a rit de plusieurs scènes”. Il poursuit : “En tout cas, ça tranche avec la BD. On est entre la synthèse et le film… Mais on retrouve quand même l’esprit Tintin”.
lo_et_morgan
Les spectateurs de la salle bondée sortent toujours. Xavier est allé en famille voir Tintin. Il explique : “C’est du brassage de plein de morceaux d’albums. Avant d’y aller, j’avais peur que les histoires ne soient trop défigurées. Mais comme Spielberg est parti dès le début du pari de commencer une nouvelle histoire, c’était sympa et rigolo !”.sortie_cinma

Quelques-uns des spectateurs se sont posés au café. Un couple d’une vingtaine d’années trinquent. Jeanne est déçue : “Tintin est trop lent. Il est trop dans la réflexion et pas assez dans l’action”. Son ami Marc-Antoine est en désaccord : “Les actions s’enchaînent trop vite. Ça doit être super difficile à comprendre pour les petits ! Et puis c’est pas assez drôle”.

A chacun son Tintin

Loin des adaptations filmées des héros de Hergé dans les années 1960, “Tintin et le secret de la Licorne” enregistre actuellement un véritable succès. Réussite due à une incontestable publicité et le patronyme du réalisateur n’y est pas pour rien.

Mais Tintin c’est aussi l’enfance de plusieurs générations. Chacun, en lisant les BDs, a personnalisé les voix et les expressions des personnages. En faire un film était un énorme pari, surtout du point de vue des Français, bercés par la “culture Tintin”.

Que le film ait conquis ou non, à Vannes le personnage à la houppette restera toujours le chouchou dans les albums dessinés.