Un hackathon pour sauver la mobilité au Saulcy

Camille Rannou 29 novembre 2017 Commentaires fermés sur Un hackathon pour sauver la mobilité au Saulcy
Un hackathon pour sauver la mobilité au Saulcy

Le hackathon de l’IUT de Metz a rassemblé vingt-deux étudiants au TCRM Blida. Pendant 24h, samedi 25 et dimanche 26 novembre, ils ont conçu un projet innovant. Une expérience enrichissante professionnellement et humainement.

L’IUT de Metz a fêté ses cinquante ans. Pour l’occasion et en collaboration avec le GraouLab, une compétition sous forme de hackaton a été mise en place afin de booster la créativité des étudiants. L’objectif était de concevoir un projet en l’espace de 24 heures.

Le thème choisi pour cette première édition était la mobilité au Saulcy. « Parce qu’il y a énormément de problèmes au niveau des parkings pour les élèves et les professeurs », explique Dylan, étudiant en DUT Techniques de Commercialisation (TC). Le campus dispose de places gratuites, ainsi les automobilistes messins les utilisent régulièrement.

Le hackathon a bouillonné

Les étudiants sont en pleine réflexion sur leur projet

Crédit : Camille Rannou

Le constat est clair pour l’équipe de Maxime, les voitures sont trop nombreuses sur l’île. Les conducteurs pourraient privilégier les parkings extérieurs. « Les gens se gareraient sur le parking de la République et de là on aurait une télécabine qui les amènerait sur l’île du Saulcy », imagine cet étudiant en DUT Génie Mécanique et Productique (GMP).

Les autres équipes n’ont pas manqué pas d’idées non plus : plateforme de covoiturage, stickers autorisant l’accès au parking, traversée du plan d’eau en bateau, planning par semaine, cages à vélos, application recensant les places disponibles, etc.

Après la phase de réflexion, les étudiants ont laissé place à la réalisation. Certains étudiants ont conçu des maquettes. « Nous avons à disposition des imprimantes 3D et des découpes lasers par exemple » explique Maxime. D’autres se sont lancés dans la création d’applications ou de sites internet. Car la communication est un autre aspect du projet qui doit obligatoirement être pris en compte (logo, nom, etc).

Le hackathon a rapproché

Ce hackathon a également permis aux étudiants de toucher à des domaines qu’ils ne connaissaient pas réellement. « On ne vient pas tous de la même formation, explique Juliette, étudiante en DUT TC. On a 24 heures pour réaliser notre projet, pour se connaître et pour apprendre à travailler avec des personnes qu’on ne connaît pas. C’est intéressant ». Dylan ajoute : « Cela permet de mixer les savoirs et mener une expérience en commun avec différentes promotions et compétences ». Un temps fort qui a également permis aux étudiants de poser un premier pas dans le monde du travail.

Malgré l’aspect compétition, les équipes n’ont pas oublié pas de s’entraider. « On a vécu une belle expérience, 24 heures ensemble, j’espère que ça ne va pas s’arrêter là » révéle Juliette.

Les étudiants prennent une photo collective

Crédit : Camille Rannou

Après la présentation des projets, le jury a délibéré. Les étudiants ont profité de ce laps de temps pour s’échanger leur nom sur les réseaux sociaux. Quel que soit le résultat, le groupe est désormais soudé par cette expérience professionnelle.

 

Voir aussi : Le hackathon rassemble

Comments are closed.