Karim Ben Ali et Denis Robert - conférence Le Lanceur

Karim Ben Ali, lanceur d’alerte est venu parler de son combat contre le géant Arcelor Mittal à Metz, jeudi 15 novembre. Accompagné du journaliste Denis Robert qui a notamment révélé l’affaire Clearstream, les deux hommes parlent de la difficulté d’affronter des multinationales.

Les conférences Le Lanceur, ce sont des moments d’échanges et d’écoutes accordés aux lanceurs d’alerte. A Metz, c’est Karim Ben Ali qui raconte son combat contre Arcelor Mittal. Lui qui, un an plus tôt, a révélé comment le géant de la sidérurgie demande à des sous-traitants de déverser de l’acide dans ses crassiers remplies de déchets. Depuis, il a gagné son procès : “ça a eu le mérite d’arrêter net la pollution” assène-t-il.

160 demandes d’emploi et aucune embauche

Sur sa situation professionnelle, Karim Ben Ali est assez pessimiste : “ça fait un an que je galère, Macron il nous dit de traverser la rue. Moi en ce moment, je traverse le désert.” Depuis la médiatisation de l’affaire et après 160 demandes d’emploi, l’ancien chauffeur sous-traitant d’Arcelor Mittal est toujours au point mort. La seule lueur d’espoir est cette proposition du chef étoilé Thierry Marx qui l’invite à venir se former dans sa cuisine à partir de septembre 2019.

Dans un désarroi qui se lit sur son visage, il affirme “qu’aucun patron ne veut le prendre car on n’embauche pas les balances”. A cela s’ajoute “le manque de soutien de la part des syndicats mais aussi du gouvernement” peste-t-il.

Presque aucune médiatisation

Le combat que mène Karim Ben Ali, fait écho à celui du journaliste Denis Robert, assis à sa droite. Il s’est battu pendant 10 ans dans la célèbre affaire Clearstream. Ce scandale financier a éclaté en 2001 après la parution du livre Révélations$ du journaliste. Il explique comment la société luxembourgeoise entretenait des comptes occultes qui permettaient des transferts d’argents illégaux.

Venu à Metz pour son nouveau livre Les prédateurs, co-écrit avec la journaliste Catherine Le Gall et où il parle de deux milliardaires s’enrichissant sur le dos de l’état, Denis Robert dénonce l’auto-censure de certains médias concernant son ouvrage. Même s’il a fait quelques plateaux connus, il ajoute que la “médiatisation est ailleurs que dans les médias mainstreams.”

Karim Ben Ali
“Un bon journaliste vous écoute et vous laisse parler” pour Karim Ben Ali (Photo : Téva Vermel)

A travers cette auto-censure, Karim Ben Ali rebondit sur sa propre histoire. Il explique que certains journaux locaux n’ont pas publié la vidéo accusant Arcelor Mittal, préférant attendre que d’autres le fasse.

“J’ai été victime d’une agression”

Malgré son procès gagné contre le géant indien, la vie du père de famille est très difficile. Il affirme avoir été victime dernièrement de représailles avec “une agression” et “les roues de sa voitures desserrées”.

“Faire le tri de sa poubelle chez soi, ça ne sert à rien face à ce qu’ils font”

Quand on lui évoque le mot “écologie”, Karim s’appuie sur l’actualité et demande “avant de taxer le diesel,  ça serait bien de gratter un peu les industriels. Faire le tri de sa poubelle chez soi, ça ne sert à rien face à ce qu’ils font.”

Denis Robert se reconnaît dans le combat que mène Karim et affirme que son cas est “emblématique de la difficulté de témoigner dans ce pays”. Quand le journaliste a rendu public l’affaire Clearstream, il a été accablé de procès. Après quelques années de pause, il continue de révéler des affaires à base de détournements d’argents.

A la question : “pourquoi retourne-t-on au combat ?”, Denis Robert répond : “parce que l’histoire était motivante”.

Téva Vermel