Ces Messins ont laissé leur voiture au parking pendant un mois

Se passer de sa voiture pendant un mois, c’est le pari que se sont lancé 12 Messins du 14 septembre au 14 octobre. Organisée par Metz Métropole, l’opération « Un mois sans ma voiture » a eu lieu à l’occasion de la semaine européenne de la mobilité.

Après avoir soigneusement garé leurs voitures dans le parking République à Metz, les participants se sont vu remettre un « kit de mobilité ». À l’intérieur de ce dernier, deux abonnements au réseau de transport Le Met’, au service de location de vélo et de vélo en libre-service. Tout ce qu’il fallait pour que chaque famille puisse tenir son engagement : ne plus toucher à leur véhicule.

Pendant un mois, il a alors fallu revoir son organisation au sein de ces 12 foyers messins. Plus possible de faire le taxi pour emmener les enfants aux activités. Ni d’aller faire un plein de courses en utilisant le grand coffre du monospace. À la place, il faut attendre le bus, trouver son vélo Indigo Weel ou tout simplement marcher. « Il faut vraiment tout anticiper, tout programmer. On prévoit ses déplacements aussi bien à l’aller qu’au retour », confie Frédéric, un des participants.

 

« Notre voiture ne nous a pas du tout manqué »

Pour Anaëlle, s’organiser n’a pas été compliqué. Elle se rendait déjà au travail en train et en vélo et n’utilisait pas son véhicule au quotidien. « Le mois s’est très bien passé, notre voiture ne nous a pas du tout manqué. A tel point qu’on ne sait pas où on va la garer maintenant qu’on l’a récupérée », confie-t-elle. La Messine réside dans un quartier où le stationnement est limité. Le couple réfléchit même à vendre ses deux véhicules afin d’en racheter un seul d’ici début 2019.

voitureCe mois sans voiture a également contribué a planter des graines dans les esprits des participants, qui s’imaginent maintenant modifier leur mobilité. « A l’avenir, je vais modifier mon mode de transport, au moins la semaine, grâce aux offres que j’ai découvertes », assure Frédéric.

Le pari est donc réussi pour Metz-Métropole. « Les 12 participants ont tenu pendant le mois entier, on avait la crainte qu’ils se démotivent mais ils ont réussi à laisser leur voiture au parking », explique Emilie Essert, chargée du projet. Si leurs habitudes perdurent, Le Met’ comptera au moins 12 nouveaux abonnés.

Laura Bannier