Les Invisibles

Les Invisibles, le quotidien des travailleuses sociales

Le 9 janvier prochain, sort en salle Les Invisibles réalisé par Louis-Julien Petit. En têtes d’affiche, figurent Audrey Lamy, Déborah Lukumuena, Corinne Masiero et Noémie Lvovsky. Le film retrace le quotidien de travailleuses sociales dans le nord de la France.

En alliant humour et tragédie, Louis-Julien Petit met en avant les femmes SDF et celles qui leur viennent en aide. Au centre social de « L’envol », les femmes de la rue se retrouvent tous les matins à 8 heures précises devant la grille. Si l’impatience se lit dans leur regard, c’est par ce qu’elles peuvent profiter de cet accueil uniquement la journée. Plus qu’un toit, « L’envol » leur offre de quoi se laver, se nourrir et se divertir.

Les relations humaines sont au cœur du travail du réalisateur. Au fil des jours, les femmes se lient d’amitié aussi bien entre elles qu’avec les travailleuses sociales, elles se livrent et partagent des moments de vie. Chacune d’entre elle dispose d’un faux prénom afin de conserver son anonymat. Beyonce, Lady Di, Edith Piaf et autres souhaitent incarner une nouvelle personne le temps d’une journée. Le centre regorge alors de personnalités.

Entre rires et larmes

D’une minute à l’autre, nos émotions se mélangent. On se retrouve à rire avec une vanne lancée par Audrey ou Déborah avant de s’inquiéter lorsque la fermeture du centre est annoncé. Les aidantes disposent alors de trois mois pour réinsérer durablement les femmes de la rue. La course est lancée, entre faux entretien d’embauche, inscription aux agences d’intérim, relooking ou création de CV. Chacune met ses compétences au service des autres pour grandir ensemble. Les voir partager leurs expériences, leurs vécus est touchant et nous remet tous en question. Le fait que les actrices qui jouent les femmes SDF aient connu eux même la rue ou la grande précarité transparaît dans leur jeu.

Du côté des travailleuses sociales, l’émotion est également palpable. L’équilibre entre leur vie personnel et leur emploi est parfois difficile à gérer. Le réalisateur dénonce des conditions de travail et un salaire déplorable pour des femmes elles, qui ne comptent pas leurs heures.

Un casting puissant et 100% féminin

Résultat de recherche d'images pour "les invisibles film"

Déborah Lukumuena qui a joué auparavant dans Divines est pétillante et pleine de bonnes intentions. Elle crée un contraste avec le personnage d’Audrey Lamy qui est plus empathique et affecté profondément par le destin de ces femmes.

Corinne Masiero joue le rôle de la directrice, elle peut paraître plutôt rigide au début mais elle choisit d’enfreindre les lois en hébergeant les femmes au centre le temps de leur réinsertion professionnelle. Noémie Lvovsky incarne une femme touchante, parfois un peu naïve et fragile mais qui se révèle au fil du film indispensable à la bande.

Ce film met en lumière des femmes solidaires peu importe leur histoire ou leur origine sociale. Un film dur mais léger à la fois qui a surtout pour objectif de sensibiliser aux conditions de vie des femmes SDF en France, soumises à une insécurité permanente. En janvier 2018, 38% des adultes SDF étaient des femmes.

Noujoud Rejbi et Laura Bannier