Ils voyagent en van et veulent faire le tour du monde

shumbert 13 novembre 2017 Commentaires fermés sur Ils voyagent en van et veulent faire le tour du monde
Ils voyagent en van et veulent faire le tour du monde

 « C’était un repas arrangé », explique Lucille en souriant. En février, lorsqu’elle rencontre Pierre-François (PF), c’est parce qu’une collègue de celui-ci est persuadée que ces deux amoureux de voyage s’entendraient à merveille. Elle avait vu juste.

Quatre jours seulement après leur rencontre, Lucille et PF partent ensemble à Barcelone, en avion. « On a vu qu’on était compatible niveau voyage à ce moment-là », détaille Lucille.  Elle, a 25 ans et est étudiante en master 2 communication-digitale et création. Lui, a 28 ans, et est concepteur de cuisine chez Ikea. « J’ai fait des études dans l’événementiel, mais c’était bouché. » Elle, aime la photo, shoot des portraits ou des mariages. Lui, aime la musique, le foot et le sport en général. Ils voyagent ensemble et veulent faire le tour du monde en van.

Quand on aime, on ne compte pas… les kilomètres

Après leur voyage à Barcelone, le jeune couple décide de tenter autre chose. « J’avais déjà prévu de partir en Croatie », explique PF. « J’ai rencontré Lucille après et du coup, elle est venue avec moi, on a voyagé dans son van. » Pendant près de trois mois, les amoureux sillonnent l’Europe de l’Est. Après la Croatie, ils visitent la Norvège, puis la Slovénie, passent en Allemagne, aussi. « Je suis très paysage, très nature », explique PF. Au départ, il était plus un adepte du bag-pack, le voyage avec le sac à dos. Avec Lucille, il a découvert autre chose. La jeune femme a vécu son premier grand périple en van en 2014, en Australie. « Avant ça, je n’avais jamais vraiment voulu bouger. Mais en Australie j’étais avec une amie et nous avions loué un van. C’est à ce moment-là que je me suis dit : c’est comme ça que j’aime voyager ! »

 

L’amour dans 5m2

Mais voyager à deux, trois si l’on compte Laskar, le chien de Lucille, dans 5m2, c’est déjà une aventure humaine en soi. Être 24 heures sur 24 avec la même personne dans un espace si réduit amène à faire des compromis. « Depuis qu’on a commencé de voyager ensemble, il y a eu des petites frictions mais rien de bien méchant », dit Lucille. « On a la même mentalité de voyageur. »

Chacun prend le meilleur côté de l’autre, pour avancer. « Lucille est une très bonne photographe, attentionnée et avec beaucoup d’humour, c’est super pour désamorcer les conflits », détaille PF. « Bon, elle est gourmande alors parfois pour le budget nourriture, ce n’est pas top… » termine-t-il en souriant.

« PF est un très bon danseur, surtout pour ne pas dormir quand il conduit longtemps. Il fait des play-lists au top, avec beaucoup de musiques », raconte Lucille. « Il est un peu maniaque et râleur aussi, mais toujours avec le sourire. »

Une vie d’aventure

Voyager en couple, en van, c’est toute une organisation. De la play-list pour passer le temps dans le véhicule aux différents endroits pour se soulager… Anticipation et planification sont les maîtres-mots. « Heureusement, il y a plein d’applications pour aider les gens qui voyagent. On en a une pour trouver facilement des toilettes publiques, une autre pour connaître les législations dans les pays où on va… » rassure Lucille.

Voyage à deux, voyage heureux ?

Aujourd’hui, le couple n’habite plus dans leur van, mais dans un appartement vers Fontainebleau. Ils économisent en prévision de leur tour du monde en van. « On se prive beaucoup et ce n’est pas facile mais ça vaut le coup », confie la jeune femme. En attendant de pouvoir partir, le couple peut se remémorer ses meilleurs souvenirs, pour patienter. « Mon meilleur souvenir, c’est lorsque nous étions en Norvège », se rappelle PF. Les amoureux avaient décidé de gravir la chaîne Trolltunga, littéralement, « la langue du troll ». À près de 1100 mètres d’altitude, la formation rocheuse surplombe le lac Ringedalsvatnet. Une vue idyllique qui se mérite car les deux van-lifers ont dû marcher près de 28 km pour l’admirer.

« L’aller-retour nous a pris 13 heures », explique PF. La vue du lac l’a emportée sur la fatigue, une fois au sommet. « Quand en voyage seul, on vit des trucs géniaux. Mais quand on voyage sur une longue période, à deux, on peut partager des moments comme celui-là. Une vue comme ça, après un effort physique de la sorte, ça ne se raconte pas, ça se vit », dit PF.

Lucille appuie son point de vue : « ça renforce les liens d’un couple aussi, de voyager à deux. »

Comments are closed.