végétalien

« Je serai content lorsque tous les restaurants de Metz seront végétaliens »

Délices Veggies a été le premier restaurant messin 100 % végétalien à ouvrir ses portes. Eli Boinnard a aujourd’hui de la concurrence avec 15 boutiques et restaurants proposant des options véganes dans l’agglomération de Metz.

Pourquoi avoir choisi d’ouvrir un restaurant 100 % végétalien ?

Je ne me voyais pas ouvrir un restaurant autre que végétalien. Je suis très content d’avoir créé ce restaurant car je suis moi-même végétalien et je me sens très bien. Je suis en pleine forme, mentalement et physiquement, donc je souhaite partager ce mode de vie avec d’autres personnes. J’ai d’abord été végétarien par compassion, mais je suis ensuite devenu végétalien assez naturellement.

Vous avez ouvert ce restaurant il y a un an. Quelle a été la première réaction des clients ?

Au début on avait surtout des clients végétaliens et véganes qui étaient très contents d’avoir trouvé un restaurant pour eux. Je ne souhaitais pas que ce soit un restaurant pour les végétaliens ou les végétariens, mais un restaurant pour tout le monde. De plus en plus, j’ai eu des gens qui travaillent à côté et qui prennent plaisir de temps en temps à manger végétalien. Il y a des gens qui viennent d’eux mêmes, par curiosité, ou amenés par une autre personne végétalienne et ils découvrent. Il y a autant de clients que de personnes qui viennent ici, certains sont content d’y trouver de la nourriture végétalienne, d’autres viennent pour le cadre ou encore pour l’accueil.

 

Le véganisme est en pleine expansion en France. A Metz, il y a 15 boutiques et restaurants qui proposent des produits véganes. Que pensez-vous de cette offre qui est en train de s’installer ?

Tant mieux, c’est super ! Mon objectif, ce n’est pas d’être seul sur la place. Bien au contraire, je serai content quand tous les restaurants de Metz seront végétaliens. Mon restaurant n’a pas été impacté par ces nouvelles arrivées, je suis en croissance constante.

 

Cette prise de conscience s’est généralisée avec une baisse de la consommation de viande. Pensez-vous que c’est une urgence climatique et environnementale à l’heure actuelle ?

Oui, c’est bien pour tout le monde. De nos jours, surtout dans les pays industrialisés, on a une consommation de viande qui est beaucoup trop importante et qui ne répond pas du tout aux besoins naturels des gens. Cette consommation de viande est très mauvaise pour la planète, pour la santé des gens. Donc, en effet, c’est important de la réduire et de plus en plus de personnes comprennent cela, ils se mettent à manger végétarien voire végétalien.

 

végétalisme

 

En ce moment, des actions véganes ont lieu un peu partout en France contre les abattoirs et les boucheries. Êtes-vous favorables à ce climat hostile ?

Je ne suis pas du tout au courant car je ne suis pas les informations. Pour être honnête, je m’en fiche un peu. Moi ce qui m’intéresse ici, c’est de proposer aux gens de découvrir le végétalisme. Je pense qu’avoir une attitude extrême et critiquer les non-végétariens, c’est complètement absurde. Après, que ces actions soient faites ce n’est pas forcément mal car on a besoin d’être informés. J’apprécie beaucoup le travail de L214 car c’est important que tout le monde sache ça. Je crois que c’est Paul McCartney qui avait dit “Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde serait végétarien.” L214 est la vitrine et c’est important de donner cette information. Après, ce qui serait dommageable ce serait de culpabiliser les gens qui travaillent dedans.

 

Propos recueillis par Noujoud Rejbi et Laura Bannier